Nathalie : "Il faut être bien psychologiquement pour qu'un régime réussisse"

Après avoir passé près de 20 ans au régime, Nathalie a enfin réussi à perdre les 50 kilos qui lui gâchaient la vie. De cette expérience, elle tire un ouvrage plein d'espoir et de conseils : "J'ai enfin maigri, une bonne fois pour toutes".

"J'ai commencé à grossir démesurément à l'âge de 21 ans, et depuis ce jour, je n'ai jamais cessé les régimes. J'ai tout essayé : sachets minceur en guise de substituts de repas, barres chocolatées allégées, régimes à faibles calories prescrits par différents médecins, régimes dissociés, régime Pierre Pallardy avec la respiration, cure dans une unité diététique. Je suis même allée jusqu'à commander, tellement je n'en pouvais plus, des pilules "miracles" dans divers magazines. Pilules promettant la lune, sans jamais la donner !"

0803 nathalie 1
"Je pouvais perdre jusqu'à 17 kilos en un mois et demi et tout reprendre ensuite" © Nathalie Traisnel-Impératori

"Les résultats n'étaient que temporaires. Je pouvais perdre jusqu'à 17 kilos en un mois et demi, puis tout reprendre ensuite, voire le double. Les privations étaient trop difficiles à supporter, je finissais toujours par craquer. J'ai donc subi, de régime en régime, ce qu'on appelle l'effet "yo-yo". Rien ne marchait pour moi ! Je déprimais. J'ai dû être hospitalisée pendant près d'un an pour dépression. J'avais des enfants en bas âge, il fallait que je me relève de cette épreuve. J'ai vécu et vu des choses horribles à l'hôpital, qui m'ont donné le courage et le recul nécessaires pour me reprendre en mains."

"Après avoir entrepris une psychothérapie sur plusieurs mois, je me suis sentie assez forte pour recommencer un régime. Régime qui, cette fois-ci, s'avéra une vraie réussite. J'ai compris que j'avais un problème qui remontait à mon enfance et que je ne voulais pas accepter jusqu'alors. Je me suis fait suivre par un médecin qui m'a prescrit un régime personnalisé et conseillé de pratiquer une activité physique. J'ai appris à cuisiner avec des épices et sans gras, à utiliser du fructose à la place du sucre. Je me suis mise au sport, ce qui m'était jusqu'alors impossible, je ne m'en sentais pas la force. Tout est allé très vite grâce au sport. Je pesais 117 kilos pour 1,69 m, j'avais 50 kilos à perdre."

0803 nathalie 2
"Par le biais de mon histoire et de mon livre, je souhaiterais que les gens croient en leur réussite" © Nathalie Traisnel-Impératori

"Ces 9 mois de régime n'ont pas été aussi difficiles que les régimes entrepris précédemment et voués à l'échec. Les privations ont été bien mieux vécues grâce au sport qui m'a permis d'évacuer le stress et la tension. Il m'a évité de craquer et m'aidait à passer le cap difficile des palliers liés au poids. J'ai commencé en faisant seule chez moi quelques mouvements de gym au sol. J'ai ainsi perdu 10 kilos. Ensuite, je me suis mise au vélo d'appartement, jusqu'à deux heures par jour. C'était vraiment de l'acharnement. J'ai perdu 30 kilos grâce au vélo. Puis j'ai senti que j'avais de plus en plus de mal à perdre. Un ami sportif m'a alors conseillé de varier les activités sportives et les horaires. J'ai donc commencé le jogging qui m'a permis d'éliminer les 10 kilos restants. Tout cela bien sûr toujours accompagné du régime et des visites régulières chez mon médecin nutritionniste."


"Cela fait quatre ans maintenant, je n'ai jamais repris mes kilos et je me sens en pleine forme. Par le biais de mon histoire et de mon livre, je souhaiterais que les gens croient en leur réussite. Avant, je pensais que le simple fait de maigrir allait me faire du bien. En fait, c'est l'inverse : il faut être bien psychologiquement pour qu'un régime réussisse. Il faut avoir de la volonté, c'est essentiel. Aujourd'hui ne sera plus jamais comme hier. Le regard sur moi-même a changé. Je peux m'habiller comme je veux. Physiquement, je me sens mieux : je ne suis plus essoufflée au moindre effort, je n'ai plus de maux de dos ni de tension artérielle. J'ose aller vers les autres, dialoguer, m'épanouir comme quelqu'un qui ne souffre plus du regard des autres. 50 kilos en moins, c'est que du bonheur ! Aujourd'hui je ne pèse plus que 67 kilos et je rentre dans un 42. Je ne me prive pas, mais je me raisonne. Je peux aller au restaurant, j'équilibre le jour suivant. Tout est question de proportions et d'équivalence ! Mon conseil : attendez d'être prête. Un régime est une décision à prendre et à respecter."

 En savoir plus : le site de Nathalie

 Lire aussi : Notre Guide des régimes

 Lire aussi : L'interview de Béatrice de Reynal, nutritionniste