Passer un hiver tonique et serein grâce à la sophrologie

Pour vivre au mieux les désagréments de la saison hivernale, conserver sa vitalité et un bon tonus psychique, la sophrologie est une aide précieuse.

Lorsque la rudesse de l’hiver s’installe sur la durée, le manque de lumière, la grisaille du ciel et la chute des températures peuvent avoir raison de notre dynamisme et de notre bonne humeur. Coup de blues, manque d’enthousiasme et de motivation, fatigue, difficultés de concentration, compulsions alimentaires… L’hiver peut être une saison difficile à passer. Chez certaines personnes (entre 5 et 10 % de la population*), il peut même entraîner une véritable dépression saisonnière débutant dès la fin du mois d’octobre pour s’achever à la mi-avril avec le retour du printemps. En effet, le manque de lumière peut favoriser l’émergence d’une sorte de mélancolie et d’idées noires tandis que le froid fatigue et rend moins alerte. Physiquement, nous sommes généralement plus vulnérables et les virus saisonniers peuvent venir réveiller notre fragilité. Emmitouflés dans nos écharpes et nos manteaux, nous avons souvent moins envie de faire du sport, de mener des activités à l’extérieur et nous nous sentons également moins séduisants.

Une période sensible qui accentue les difficultés existantes

Face au blues hivernal, nous ne sommes pas tous égaux. Notre environnement et nos conditions de vie jouent un rôle non négligeable. Si nous vivons à la montagne près d’une station de ski, l’hiver ne sera évidemment pas envisagé de la même manière que si nous habitons dans une ville du nord qui ne laisse pas d’échappatoire à la grisaille ambiante, par exemple. Le manque de lumière et de soleil rendent aussi nos difficultés de vie plus âpres. Les soucis économiques (les dépenses sont plus importantes en hiver avec la nécessité de se chauffer, de se vêtir chaudement, etc.) et la solitude sont plus difficiles à vivre en hiver. Comme la saison n’est pas véritablement propice aux nouvelles rencontres, nous pouvons facilement nous laisser aller à une forme d’inertie morose en attendant l’arrivée des beaux jours. 

Si la luminothérapie peut être un soutien utile pour nous aider à retrouver un meilleur moral, nous pouvons aussi agir sur nos croyances et nos comportements grâce à l’aide de la sophrologie

Pour sortir de la morosité de l’hiver, l’un des premiers conseils à suivre est de se forcer à sortir pour profiter au maximum de la lumière naturelle et conserver ainsi un certain dynamisme. Il s’agit de sortir du cercle vicieux de l’inertie et pour cela, il est important de ne pas abandonner ses activités sportives ou extérieures habituelles. Pour remettre de l’énergie et de la chaleur au quotidien, on pourra agrémenter son espace de vie de quelques objets et images sources d’énergie et de vitalité afin de créer un impact positif. 

Exercices respiratoires et visualisations

Contrairement à certaines idées reçues, la sophrologie n’est pas seulement efficace pour favoriser le lâcher-prise et la détente. C’est une discipline également utile pour relancer l’élan vital et retrouver du dynamisme. Certaines techniques de visualisation sont particulièrement efficaces pour sortir de la morosité et de la lassitude. Le sophrologue peut ainsi faire visualiser des paysages ensoleillés, évoquer la sensation de chaleur du soleil sur la peau ou faire remémorer des odeurs estivales pour favoriser le bien-être et le réveil des énergies positives. 

Certains exercices respiratoires et de relâchements musculaires, à condition qu’ils soient répétés fréquemment, peuvent également apporter le dynamisme qui fait souvent défaut. Ceux-là permettant notamment de reprendre contact avec notre force et notre énergie. 

Enfin, mieux traverser l’hiver implique d’envisager une autre manière de vivre la saison. Considérer cette période comme un temps de repos nécessaire ou comme une phase de réflexion utile à l’émergence de nouveaux projets qui écloront au printemps est une façon de vivre l’hiver avec plus de sérénité.

   

*Westrin A, Lam RW. "Seasonal Affective Disorder. A clinical update. Ann Clin Psychiatry "dec 2007.