Les bienfaits du massage lymphatique pour la santé

Le drainage lymphatique a été mis au point pour réduire les œdèmes liés à un dysfonctionnement du système lymphatique. Relativement méconnue du grand public, c'est une technique qui permet notamment de faciliter la récupération après certaines opérations lourdes ou d'améliorer le quotidien de personnes ayant été traitées pour un cancer du sien.

Le massage lymphatique, aussi appelé drainage lymphatique, est une technique qui dépasse le simple champ de la beauté. Si on entend souvent parler des vertus extraordinaires des massages en termes d’effet sur l’aspect de la peau et l’élimination des toxines, dans la mouvance du "manger sain", on semble accorder bien moins d’importance à l’impact sur le plan médical, à tort. Découvrez en quoi le drainage lymphatique est un allié pour aider son corps à bien fonctionner.

Un point sur le fonctionnement du système lymphatique

Tout comme notre sang est filtré par le foie, la lymphe est filtrée par les ganglions lymphatiques situés au niveau du cou, des aisselles, dans les plis de l’aine et de chaque côté du genou qui font office de pompes et qui génèrent des globules blancs.

Comme son nom l’indique, le drainage lymphatique agit sur la lymphe, un liquide incolore dans lequel baignent nos cellules et qui est chargé de nettoyer l’organisme de tous les éléments indésirables par une circulation active. La lymphe a également pour rôle d’assurer la bonne transmission des nutriments du sang vers les cellules.

Lorsque l’eau de notre corps ne peut circuler correctement, on note de nombreuses complications, des infections aux œdèmes.

L’origine de ce traitement thérapeutique

Le drainage lymphatique a fait son apparition en 1892, conjointement à la publication de travaux du professeur Winiwarter sur l’œdème lymphatique dans lesquels il pose les bases de la technique.  Dix ans plus tard, c’est un Français qui s’attaque au sujet, le Docteur Fège, en rendant publique une méthode pour faciliter la disparition des œdèmes traumatiques.

C’est en 1936 que le docteur danois Emil Vodder présente le drainage lymphatique manuel (DLM) à Paris au cours de l’exposition mondiale "Santé et beauté". Sa méthode encore utilisée aujourd’hui se compose de mouvements doux (effleurage, pétrissage, palper-rouler) chargés de faire circuler la lymphe dans les capillaires afin de la faire remonter dans les ganglions. Ainsi, la lymphe ne stagne plus dans les tissus et peut réintégrer la circulation sanguine afin d’être "évacuée", ce qui permet de faire disparaître tous les effets indésirables relatifs à ce dysfonctionnement.

Dans quelles situations s’utilise le massage lymphatique ?

Dans certains cas, la circulation de la lymphe peut être entravée, c’est le cas lorsqu'il y a une ablation des ganglions prévus à cet effet, quand il y a un choc traumatique, une opération (de la prothèse au lifting) – c’est aussi valable lorsqu’il y a un manque d’activité physique et un stockage de cellules graisseuses importantes (la cellulite). Dans tous les cas, cela se traduit par un gonflement qui peut créer des douleurs, entraver les mouvements, et handicaper au quotidien, sans compter l’impact psychologique causé par la déformation.

Afin de vous familiariser avec le jargon médical, voici les cas thérapeutiques qui peuvent nécessiter le recours au drainage lymphatique manuel :

  • Lymphœdèmes par saturation (problèmes veineux)
  • Lymphoedème par obstruction des vaisseaux
  • Lymphoedeme par lésion lymphatique après un traumatisme (de l’opération à l’entorse)
  • Inflammations rhumatismales
  • Problèmes ORL (sinusite par exemple)
  • Problèmes de peau (acné et eczéma)

Au premier niveau, le massage lymphatique a donc pour mission de faciliter la circulation de la lymphe afin de relancer le processus d’auto-nettoyage du corps.

Au second niveau, il est utilisé pour réduire les œdèmes lymphatiques, ou gonflements, crées à la suite d’un choc, quel qu’il soit, ou d’une pathologie particulière, comme le cancer localisé à cet endroit.

Dans le cadre médical, il est réalisé par des kinésithérapeutes ou physiothérapeute, à trouver sur les annuaires professionnels AFPDLM et AKTL ; tandis que le massage lymphatique esthétique proposé en institut est délivré par des esthéticiennes formées à cet effet.

Zoom sur le phénomène du gros bras

Cette expression est entrée dans le langage commun avec la généralisation du nombre de cancers du sien. La faute aux prédispositions génétiques,  à notre mode de vie, aux produits d’hygiène qu’on utilise sans en connaître les effets dévastateurs sur notre organisme à l’instar des déodorants.

Concrètement, lorsque l’on traite de façon chirurgicale un cancer du sein, il est possible de se voir retirer un certain nombre de ganglions lymphatiques chargés de pomper la lymphe, entre autres. Automatiquement, ce liquide stagne dans le bras à cause d’une circulation réduite, ce qui entraîne un gonflement pouvant faire tripler le volume du bras, voire davantage, c’est ce qu’on appelle le lymphœdème du membre supérieur.

En plus des interdictions de porter de lourdes charges, les précautions d’usage pour éviter les brûlures et autres blessures, il devient difficile de se vêtir et l’usage du bras peut être perdu progressivement. C’est pourquoi il est recommandé de porter une manchette de contention dans les premiers mois ou en cas de gonflement, et de pratiquer la kinésithérapie lymphatique de façon régulière. Dans les premiers temps, les patientes peuvent avoir jusqu’à 3 séances par semaine pour arriver à un rythme de croisière d’une séance hebdomadaire. A noter que les séances prescrites par un médecin peuvent être remboursées de 60 à 100 % selon votre couverture santé.

En complément du massage ou drainage lymphatique, il est recommandé d’aller voir du côté de la médecine parallèle qui permet de faciliter le quotidien en privilégiant des techniques non agressives, par exemple la réflexologie