Mon avis de diététicienne sur Quick et ses boissons en libre service

Quick a décidé de proposer ses boissons en libre service. Pour les fast-foods déjà décriés au niveau de l'équilibre alimentaire, la nouvelle offre de cette enseigne largement implantée en France interpelle. Si nous espérions dans les conditions actuelles d'épidémie d'obésité une prise de conscience générale avec notamment la mise en place du PNNS, cette option ne facilite pas les choses.

Si Quick se veut rassurant et compte sur la responsabilité de chacun pour modérer sa consommation,  cela soulève quand même quelques interrogations.

  La perte des repères chez les patients obèses 

En tant que professionnelle de santé, au plus près du problème et des conséquences générées par le surpoids et l’obésité, je suis inquiète. Sur le principe, alors que l’accompagnement de ces patients doit leur faire prendre conscience de l’importance de la pondération, le message délivré par ces restaurants sème le trouble. Pour ces personnes, qui pour la plupart, ont perdu les repères de leurs besoins et la sensation de satiété, associer boissons sucrées et consommation illimitée ne fait que brouiller les pistes. Tout comme il est important de ne pas véhiculer de notions d’interdits sur un ou plusieurs groupes d’aliments, il est également primordial de ne pas laisser penser que la consommation de certains produits peut faire l’objet d’une totale permissivité.

  Des restaurants qui plaisent aux plus jeunes 

La jeune clientèle des fast-foods est une population largement influençable. Nous n'attendons pas qu'ils participent à la bonne éducation nutritionnelle de nos enfants mais il serait bienvenu qu'ils n'offrent pas des tentations trop grandes auxquelles ils auraient du mal à résister. Il me paraît difficile d'espérer qu'un jeune ado puisse se modérer devant une offre d'un produit attrayant gustativement et en accès illimité.

  Des restaurants familiaux et peu onéreux

Les classes sociales les plus défavorisées sont aussi les plus touchées par le surpoids et l'obésité. Pour eux, les fast-foods sont des sorties accessibles. Le concept des boissons à volonté, vient donc proposer plus à des personnes qui ont peu. Pourtant, il ne faut pas que cela se fasse au détriment de leur santé. Proposer des sodas sucrés ou light (dont on sait qu'ils entretiennent le goût pour la saveur sucrée), à ceux qui se nourrissent le plus souvent de manière déséquilibrée ou avec des produits de valeurs nutritionnelles insatisfaisantes faute de moyens soulève donc beaucoup de questions.

  Le modèle Americain

Enfin, alors que les États Unis reviennent sur les raisons qui ont amené le pays à prendre du poids et amorce une marche arrière, notamment en supprimant les distributeurs de boissons sucrées dans les établissements scolaires, nous mettons en place les méthodes qu'ils ont éprouvées il y a quelques années. A ce titre, on peut s’interroger sur le devenir de la taxe sur les sodas instaurée par notre pays en 2012 dans le but de limiter leur consommation.

Crédit photo : Eléonore H - Fotolia.com