Que se cache-t-il derrière la stimulation cérébrale ?

Stimuler votre cerveau. Voici un conseil qui nous est souvent adressé pour entretenir notre mémoire et attention. Mais que cache le terme “stimulation cérébrale” ? S’agit-il de stimuler son cerveau par un ensemble de petits jeux ? Est-ce que cela consiste en un traitement plus invasif pour stimuler directement nos neurones ? Ces deux cas sont bien liés à de la stimulation cérébrale. Cependant, ils mettent en jeu des mécanismes et objectifs bien différents que nous vous invitons à découvrir.

Stimuler votre cerveau : de multiples manières d'interagir de façon bénéfique avec son environnement

 

Lorsque nous pensons à de la stimulation cérébrale, nous pouvons avoir en tête le programme d’entraînement cérébral du professeur Kawashima. Développé il y a quelques années sur des consoles, ce jeu a connu un certain engouement.

Grâce à des exercices courts (mémoire, calcul ), il s’agissait de rajeunir l’âge de son cerveau petit à petit à 20 ans ! L’intérêt porté à ces entraînements cérébraux ludiques vient notamment de découvertes en neurosciences. Notre cerveau possède une plasticité, c’est-à-dire la capacité à se réorganiser en fonction de nos expériences vécues et de notre environnement. Il cherche ainsi à maintenir un niveau optimal. Cela passe notamment par la création ou le renforcement de certains circuits neuronaux. 

 

Ce mécanisme est très important tout au long de notre vie. Dans l’enfance, notre plasticité cérébrale est importante et reliée aux incroyables capacités d’apprentissage des plus jeunes. Il est ainsi plus facile d’apprendre une langue étrangère petit qu’à l’âge adulte. En effet, au cours du vieillissement, une baisse de notre plasticité cérébrale rend plus difficile la création ou bien même le maintien de circuits neuronaux. C’est en cela qu’une stimulation cérébrale par notre environnement est essentielle. Elle permet de renforcer les circuits neuronaux, maintenir notre plasticité et ainsi une certaine “vitalité” de notre cerveau.

Des jeux d'entraînement cérébral : la réponse à tout ?

Mais comment notre cerveau est-il stimulé ? C’est une vaste question que se posent les chercheurs en neurosciences. Les programmes d'entraînements cérébraux sur consoles de jeu, ordinateurs, tablettes laissent sceptiques bon nombre de scientifiques qui n’observent pas d’impacts majeurs comme en témoigne cet article d’un célèbre journal scientifique Nature.

Stimuler notre cerveau nécessite un ensemble de facteurs environnementaux qui se complètent. Développer des capacités d’empathie, éviter trop de stress, mais aussi pratiquer des activités physiques sont des éléments majeurs tout au long de notre vie pour retarder ainsi les effets du vieillissement.

Mais la stimulation cérébrale par l’environnement n’est pas la seule. La stimulation cérébrale électrique est une forme bien distincte de stimulation en terme de mécanisme. Elle est essentielle dans le cas de pathologies du cerveau.

Stimulation électrique cérébrale profonde : une amélioration majeure des conditions de vie pour des patients

La stimulation cérébrale profonde (SCP) consiste à implanter une électrode dans une zone bien précise du cerveau afin de restaurer une activité normale en cas de dégénérescence ou de dysfonctionnement de neurones. Cette stimulation cérébrale profonde a été une grande découverte en neurosciences et un soulagement pour un grand nombre de patients atteints de la maladie de Parkinson, de dystonie ou bien de TOC ( Troubles Obsessionnels compulsifs). En stimulant un petit groupe de neurones, les résultats sont impressionnants ! Une personne souffrant de la maladie de Parkinson peut avoir des blocages dans ses mouvements mais aussi des tremblements qui l’empêchent de marcher. Après l’implant chirurgical d’électrodes contrôlées par un boîtier externe, les patients se mettent à remarcher de façon tout à fait fluide. 

La stimulation cérébrale profonde : des mécanismes d’action encore mal compris

Les mécanismes d’actions de cette stimulation cérébrale ne sont pas forcément tous compris. Mais aujourd’hui, cette technique est tout de même testée dans un grand nombre de pathologies. Par exemple, des essais cliniques sont menés chez des personnes atteintes d’anorexie mentale chronique. Cette stimulation cérébrale profonde reste un traitement invasif nécessitant une opération chirurgicale assez lourde. Elle donne aussi parfois des résultats surprenants en terme d’effets secondaires. Récemment, un patient a été traité par SCP pour des troubles mentaux. Ce patient a développé après l’opération une passion pour le chanteur Johnny Cash. Il ne pouvait plus se passer d’écouter ses chansons en boucle. Effet secondaire surprenant et qui a surpris l’ensemble des médecins ne sachant pas trop comment expliquer ce fanatisme fulgurant.

 

Notre cerveau est un réseau bien complexe. Les recherches en neurosciences souhaitent aider à mieux le comprendre et à le maintenir en bonne santé tout au long de notre vie. Cette curiosité pour notre cerveau est l’envie d’en savoir plus est peut-être l’une des meilleures solutions pour stimuler notre cerveau et entretenir sa vitalité ! 


Source : 


http://www.psychologies.com/Bien-etre/Prevention/Hygiene-de-vie/Articles-et-Dossiers/Stimuler-son-cerveau

http://www.lefigaro.fr/musique/2014/05/28/03006-20140528ARTFIG00113-traite-pour-des-troubles-mentaux-il-devient-accro-a-johny-cash.php

http://www.frc.asso.fr/Le-neurodon/les-jeux/les-jeux