Bien interpréter son Indice de Masse Corporelle (IMC)

L’IMC permet de vérifier dans quelle tranche de poids vous vous situez : insuffisance pondérale, poids normal, surpoids, obésité. Il est de ce fait très utile pour évaluer les risques pour votre santé. Pourtant, ce calcul présente des limites et n’est pas adapté à tous.

Qu’est ce que l’IMC ?

L’Indice de Masse Corporelle (IMC) ou Body Mass Index (BMI), est le calcul du poids divisé par la taille au carré : P(kg) / T(m)²

Le journal des femmes met à votre disposition un logiciel permettant de calculer rapidement votre IMC : Calculez-le ici

A partir de 25, c’est le surpoids et au-delà de 30, l’obésité. Ces chiffres marquent des limites, des paliers, où les risques de comorbidités, c'est-à-dire l’apparition de pathologies associées à ce surpoids, deviennent plus importants. Ces risques s’emplifient avec l’augmentation de l’IMC.

Ces pathologies sont l'hypertension artérielle, les maladies cardio-vasculaires, le diabète, les douleurs et troubles ostéo-articulaires et certains cancers. 

Si votre IMC se situe dans ces intervalles, il vous est recommandé de perdre du poids. Sans toutefois entamer un régime restrictif qui favoriserait un effet rebond (reprise de poids plus importante que la perte) et aggraverait considérablement votre problème de poids. Un rééquilibrage et une bonne rééducation alimentaire étant bien mieux indiqués.

Le calcul de l’IMC n’est pas adapté à tout le monde :

Cet outil simple à utiliser, très rapide et particulièrement utile, n’est pas universel. Certaines catégories de personnes vont obtenir des résultats qui ne sont pas exploitables pour évaluer d’éventuels risques.

La répartition des graisses : elle joue un rôle important, pour un poids égal, une personne dont la masse grasse se situe sur le haut du corps présentera plus de risques de développer une pathologie associée à son surpoids qu’une personne dont la masse grasse se situe sur le bas du corps. Les morphologies dites gynoïdes sont donc moins exposées aux complications.

Les enfants : les valeurs données pour l’adulte ne sont pas transposables à l’enfant. Pour calculer l’IMC d’un enfant, il faut reporter le résultat sur une courbe d’évolution de la corpulence spécifique aux filles ou aux garçons et que vous trouverez sur le carnet de santé de l’enfant.

Les sportifs : le calcul de l’IMC ne prend pas en compte la répartition des muscles et de la graisse dans l’organisme. C’est le poids total qui est considéré.

Les sportifs ne peuvent donc pas utiliser cette méthode de calcul pour une raison évidente : Le muscle pèse lourd, plus lourd que la graisse !

Par conséquent, si un sportif dont la masse musculaire est développée a un IMC trop élevé, cela ne signifie pas forcément qu’il est en danger.

Les femmes enceintes : pendant la grossesse, le poids du fœtus, du placenta, du volume sanguin…viennent augmenter le poids total de la femme. Ces nouvelles valeurs ne permettent pas d’utiliser l’IMC qui ne reflèterait pas la réalité.

Cependant, ce calcul s’avère particulièrement bienvenu avant la conception pour accompagner au mieux la grossesse et assurer un suivi permettant de limiter l’impact du poids sur la santé de la mère et de l’enfant.

Crédit image : Kzenon - Fotolia.com