Virginie : "Mon tour du monde contre le cancer"

Dans quelques jours, Virginie s’envolera pour un tour du monde de 10 mois. Particularité : son tour du monde, elle le consacrera à la lutte contre le cancer. Un sujet qu’elle connaît bien : il y a trois ans, elle est venue à bout d’un cancer du sein particulièrement agressif.

Au départ : une mauvaise nouvelle. A 31 ans, alors qu’elle mène une vie insouciante et heureuse, Virginie découvre, presque par hasard, qu’elle est atteinte d’un cancer du sein "stade 3, grade 2, triple négatif". Elle veut qu’on lui parle cash, le médecin le fait : sans traitements, il ne lui reste que quelques semaines à vivre.
7 chimiothérapies, 1 chirurgie et 33 séances de radiothérapie plus tard, la bonne nouvelle est enfin là : Virginie est en rémission. Il est temps de penser à l’après-cancer. "Je savais que pendant 5 ans, je n’allais pas pouvoir avoir une vie "normale", faire des enfants, etc., explique la pétillante et dynamique jeune femme. Plutôt que de perdre mon temps, je me suis dit que c’était le bon moment pour faire le tour du monde. Je suis d’une famille de baroudeurs, j’ai toujours su que je le ferais un jour, c’était une évidence." 
Mais désormais, Virginie veut donner encore plus de sens à son projet : ce tour du monde sera humanitaire ou ne sera pas. "Quand j’étais malade, j’ai regretté de ne pas trouver davantage de témoignages de personnes qui avaient surmonté leur cancer et allaient bien aujourd’hui. J’ai donc bâti un tour du monde dans lequel je pars à la rencontre de ces hommes et de ces femmes qui ont vaincu la maladie. Je posterai leurs témoignages sur mon blog et je réaliserai un documentaire vidéo." Parallèlement, Virginie veut aussi sensibiliser au fait que le cancer peut survenir à tout âge : "La prévention et le dépistage sont essentiellement réalisés auprès des personnes de plus de 50 ans. Je veux attirer l’attention sur le fait qu’il faut également être vigilant à 30 ou à 40 ans." 
En pleine forme !
Pour renforcer son message d’espoir, la jeune femme réalisera également toute une série de défis pendant ces 10 mois : former un ruban rose humain à Central Park, partir en trek en Equateur, séjourner au fin fond de l’Amazonie... "Il y a trois ans, j’étais incapable de marcher 500 mètres sans aide. Je veux montrer qu’on peut s’en sortir et se sentir de nouveau en pleine forme !" Tout au long de ces défis, Virginie portera les couleurs du MIS, le Montpellier Institut du Sein, où elle a été soignée, et celles de l’Institut Curie, où sa tante a été traitée pratiquement au même moment.
A quelques jours du grand départ, Virginie peaufine les derniers détails. Au total, ce tour du monde aura nécessité près de 18 mois de préparation, dont plusieurs à temps plein. Le plus difficile aura peut-être été d’obtenir toutes les autorisations nécessaires. Des médecins d’abord : "Ils m’ont fait subir tous les examens possibles et imaginables avant mon départ. Nous devions être sûrs que je ne prenais aucun risque. Aujourd’hui, tout va bien et je suis autorisée à partir pour 10 mois, sans aucun traitement, comme n’importe quelle voyageuse !" Les visas ont posé un peu plus de problèmes : "Je devais aller en Russie et en Chine, mais quand j’ai expliqué mon projet, on m’a refusé l’accès. Tant pis, il y a tant de choses à découvrir ailleurs !" A commencer par New York city, où Virginie fera sa première escale, lundi 28 avril…

En savoir plus