Quand émotions et raison s’entremêlent

“La raison est la seule chose qui nous rend hommes”. Cette citation de René Descartes a influencé pendant de nombreux siècles la façon de percevoir l’humain et ses comportements. Récemment, le rôle majeur des émotions a été plus amplement étudié en neurosciences et en psychologie cognitive.

Cet article est rédigé en préambule à une conférence organisée par la FRC avec Cerveau et Psycho et la cité des Sciences à Paris dans le cadre de la Campagne nationale du Neurodon et de la Semaine du Cerveau “Les émotions en Scène”  le 15 mars 2014 à 14h30, à laquelle vous êtes chaleureusement conviés (www.neurodon.fr) Entrée libre.

En prenant en compte les relations entre émotions et raison, les recherches permettent une meilleure compréhension de nos décisions, réactions et interactions à l’autre.

Et si Descartes s’était trompé ?

Le philosophe Renée Descartes a influencé de façon importante notre façon de penser.
 La raison ! Ce maître-mot dominerait nos comportements et nous aiderait à analyser et agir de la façon la plus juste possible.
Mais cette pensée cartésienne a été remise en cause notamment dans les champs des neurosciences par Antonio Damasio. Son livre best seller “L’erreur de Descartes”, publié en 1995 a réouvert la voie de l’étude des émotions. Ce neuroscientifique s’appuie sur les résultats de ses recherches pour montrer que les émotions impactent notre raisonnement et nos prises de décisions.
La raison et les émotions s’entremêlent en effet pour construire ce que nous sommes et la façon dont nous interagissons à l’autre.

Les émotions au cœur des études en neurosciences

Aujourd’hui, les neurosciences, de la neurobiologie à la psychologie cognitive, étudient et prennent en compte les émotions dans leurs recherches.
 Le champ de la neurobiologie essaye ainsi de mieux comprendre ce que sont les émotions et les structures qui les sous-tendent. Ces études sont complexes. Comment définir, classer les émotions ? Mais aussi, comment les évaluer chez l’humain lorsque seul le ressenti propre à chaque sujet peut être recueilli?
Les techniques de neuroimagerie ont apporté des éléments nouveaux. Elles ont permis de mieux définir et comprendre l’interaction complexe de structures neurales impliquées dans la genèse des émotions mais aussi dans leur régulation.
En psychologie cognitive, il est aussi de plus en plus clair que le système des émotions mais aussi de la mémoire jouent un rôle majeur dans la construction de notre Soi.

Thérapies Cognitives Comportementales et intelligence émotionnelle : mieux vivre avec soi et les autres

Ces recherches théoriques ont permis aussi l’évolution des thérapies et des techniques pour pouvoir gérer nos émotions mais aussi mieux s’en servir pour notre propre développement personnel et nos interactions à l’autre.
Les thérapies cognitives comportementales (TCC) par exemple aident à apprendre à gérer nos émotions notamment dans le cas de pathologies. Les personnes souffrant de phobies ou d’anxiété apprivoisent ainsi petit à petit leurs peurs. L’idée n’étant pas de refréner l’émotion ou de l’éviter à tout prix mais plutôt de savoir l’apprivoiser.
De nombreuses techniques dans le champ du développement personnel mais aussi dans le management au travail prennent en compte aujourd’hui la notion d’’intelligence émotionnelle. Apprendre à écouter son intuition et prendre en compte ses émotions peuvent devenir par exemple des atouts majeurs dans une entreprise. Les émotions apportent ainsi une énergie pour travailler ensemble, partager et éviter parfois des situations de crise.
Savoir les écouter avec raison, voilà un défi pour tout un chacun !

Pour en savoir plus :
http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-l-intelligence-emotionnelle-20555.php
http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-cerveau-emotions-28366.php
http://labnic.unige.ch/nic/papers/SP_PV_MedSci2011.pdf
http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/article-le-pouvoir-des-emotions-27844.php

Crédit image : Marijus - Fotolia.com