Reprendre le travail après un cancer : une étape cruciale

Les aspects sociaux sont au cœur du 3e Plan cancer, lancé par François Hollande le 4 février. Reprendre une activité professionnelle après un cancer est à la fois primordial et compliqué. L’Institut Curie a mis en place un dispositif pour aider ses patients à gérer au mieux cette étape dans leur retour à la "vie normale".

 "Quand je suis revenue à mon travail après "seulement" deux mois d’arrêt, ma collègue avait complètement réaménagé notre bureau, je lui ai demandé si elle m’avait cru morte...", se souvient Elisabeth, ancienne patiente de l’Institut Curie.  Les témoignages comme celui-ci ne manquent pas. Difficile de reprendre le travail là où on l’avait laissé avant de tomber malade.

Plusieurs obstacles viennent compliquer ce parcours. Ainsi, les conséquences de la maladie ne sont pas nécessairement visibles. On est guéri, on se SENT guéri, mais les séquelles peuvent perdurer longtemps après la fin des traitements. Fatigue et petits troubles de la mémoire peuvent ainsi venir perturber le quotidien professionnel pendant quelque temps. Le patient risque de perdre confiance en lui et de se sentir diminué. Sans compter que les aspirations professionnelles peuvent avoir été profondément bouleversées par la maladie : nombreux sont les anciens patients qui entament une reconversion professionnelle après leur cancer.

Un livret "Retour au travail"
En réponse à ces constats, Monique Sévellec, psychosociologue à la Maison des patients et des proches de l’Institut Curie à Saint-Cloud, a conçu un livret en collaboration avec des médecins du travail et la Caisse régionale d'assurance maladie d'Île de France (Cramif)
. 

Témoignages, conseils mais aussi informations très pratiques permettent de mieux appréhender les enjeux de la reprise et de trouver des solutions. Ce livret décline notamment les aménagements possibles pour faciliter ce passage : temps partiel, posté aménagé… Il aborde également le rôle de la médecine du travail, que l’on n’ose pas toujours solliciter, mais aussi du médecin traitant.

Outre le livret, l’Institut Curie a également testé un dispositif d’accompagnement sur-mesure, avec l’aide de Géraldine Deblaye, coach professionnelle. « Il peut consister en un ou deux entretiens individuels ou prendre la forme d’une série de sept ateliers en petits groupes, étalés sur 3 ou 4 mois pendant la période de convalescence, quand la personne a fini ses traitements et se remet doucement sur le chemin du travail », explique la coach. Des séances d’information sont également organisées régulièrement, avec d’anciens patients et un représentant de la Cramif. Objectif : rappeler aux « nouveaux anciens patients » les aides disponibles. Ces moments leur permettent également de comparer leurs expériences, de s’inspirer des solutions trouvées par les uns et les autres et, enfin, de se sentir moins seul dans cette étape.

 

En savoir plus 
Télécharger le livre "Le retour au travail après un cancer"
Les aspects sociaux au cœur du 3e Plan cancer
Crédit photo : Noak/ Le Bar Floréal / Institut CurieInterviews : Valérie Devillaine