Arrêt du tabac : comment limiter la prise de poids ?

L'arrêt du tabac est responsable d'une prise de poids dans 75 % des cas. Aussi, les fumeurs et notamment les fumeuses peuvent hésiter à entamer un sevrage par peur de voir la balance s'emballer.

La prise de poids est un facteur d'abandon de l'arrêt du tabac. Il est donc particulièrement important d’observer quelques règles pour éviter ce type de désagrément. Explications.

Fumer permet de brûler plus de calories au repos (augmentation du métabolisme de base) et de majorer les dépenses énergétiques lors d'activités physiques. Nous estimons qu'une consommation de 20 cigarettes par jour correspond à une majoration des dépenses de l'ordre de 200 à 250 calories. La mise en réserve sous forme d'adipocytes est diminuée et leur utilisation majorée. Le fumeur a donc généralement un poids plus bas que celui qu'il devrait avoir.

A l'arrêt du tabac, ces mécanismes physiologiques cessent. L'insuline, impliquée dans le stockage des graisses, est augmentée. Cette hormone sécrétée en quantité peut induire des hypoglycémies favorisant ainsi la consommation de sucre. En plus de ce phénomène, nous observons une diminution de la sérotonine. Ce neurotransmetteur intervient sur l'humeur. En manquer, c'est s'exposer à de l'irritabilité, de l'impatience mais aussi des compulsions alimentaires notamment sucrées.

Ce faisceau d'éléments concourt à une augmentation du poids.

Pour mettre toutes les chances de votre côté,  il faut bien vous entourer. Le tabacologue, la diététicienne et le psychologue travailleront en synergie pour vous apporter toute l'aide et l'écoute nécessaire.

En tout état de cause, les régimes restrictifs sont totalement proscrits. Vous ne devez jamais vous engager dans une alimentation drastique, frustrante et déséquilibrée. Elle viendrait aggraver le tableau en favorisant les grignotages. Le risque d'échouer serait majoré. La conduite diététique à tenir dans ce contexte est une alimentation conforme aux besoins du patient en termes de calories, en veillant à couvrir les besoins nutritionnels. Les sucres lents, le magnésium, les oméga 3 et le tryptophane bénéficieront d'une attention toute particulière. De récentes études ont démontré une modification de la flore intestinale à l'arrêt du tabac, modification qui serait également responsable de la prise de poids. Il paraît donc important de la réguler en favorisant la consommation de fibres ainsi que de privilégier la prise de produits qui sont enrichis en probiotiques.

En parallèle, une activité physique suffisante est fortement conseillée.

Lorsque la décision du sevrage est prise, le fumeur est généralement volontaire pour modifier positivement son hygiène de vie. Bien manger et bien bouger fait donc partie des bonnes intentions qui accompagneront l'arrêt du tabac.

Crédit image : Piotr Marcinski - Fotolia.com