Boissons énergisantes : quels risques ?

Après leur autorisation controversée en France en 2008, les Boissons Dites Énergisantes (BDE) sont à nouveau pointées du doigt. Un rapport de l’ANSES, publié aujourd’hui fait le point sur les risques liés à la consommation de ces boissons.

Les conclusions de l'ANSES avancent l’implication de manière vraisemblable ou très vraisemblable de ces "boissons dites énergisantes" (BDE) dans des accidents cardio-vasculaires, psycho-comportementaux, neurologiques ou gastro-intestinaux.

Tout d’abord, il est important de resituer ce produit. Il s’agit d’une boisson de plus en plus consommée en France et qui bénéficie d’un succès grandissant auprès des jeunes. Elle se caractérise généralement d’un soda classique par l’ajout de caféine, de taurine et de glucuronolactone dans des concentrations importantes.  Cette combinaison permet d’obtenir un cocktail ayant pour but de donner  « la pêche ».

Outre les effets indésirables présentés dans le rapport de l'ANSES, ces BDE facilitent également la consommation de caféine chez les personnes qui n’en consommaient pas ou peu, notamment les ados. C’est aussi un moyen de favoriser la consommation d’alcool chez les jeunes en le rendant « agréable » gustativement.  De plus, le mélange caféine/taurine/ sucre  atténue les effets léthargiques de l’alcool et permet une consommation plus importante de ce dernier. Les comportements à risques s’en trouvent exacerbés.

On déplore également le caractère addictif des substances présentes dans ces cocktails qui favorisent des comportements de dépendance d’autant plus forts que le sujet y est exposé jeune.

La sensibilité à la caféine est différente d’un individu à l’autre. Les enfants et les adolescents peu habitués à en consommer ont tendance à avoir des effets secondaires majorés. La caféine a de plus des propriétés stimulantes mais selon la consommation et la tolérance de chacun, elle peut être à l’origine d’une grande nervosité, d'irritabilité et de troubles du sommeil. Ce déficit en sommeil peut amener à des somnolences en journée que l’on a tendance à traiter par de la caféine. C’est alors un cercle vicieux qui s'installe. A cela, il faut rappeler que la consommation concomitante de taurine dans les BDE favorise l’élévation de la pression artérielle.

En réalité, c’est le caractère excessif des concentrations en caféine et en taurine ainsi que la sensibilité de l’individu qui pose problème. A cela s’ajoute les conditions de consommation et l’environnement. Si vous avez une prédisposition génétique (qui peut être courante mais dont vous ignorez la présence), vous êtes plus sujet à avoir un accident cardio-vasculaire. D’autres facteurs viennent majorer les risques comme la chaleur, le sport, la danse, l’alcool... Les personnes présentant des troubles psychiatriques ou neurologiques sont plus à même de manifester un problème de cet ordre après la consommation de ces produits.

Il est donc important à la lumière de ce rapport de signaler que ces boissons sont à consommer avec prudence surtout :

  •  Si vous consommez de la caféine par ailleurs (café, thé, cola…).
  •  Si vous les couplez à une consommation d’alcool.
  •  Si vous avez une activité physique importante.
  •  Pour les femmes enceintes et allaitantes.
  •  Pour les enfants et les adolescents
  • En cas de troubles neurologiques ou psychiatriques, maladies cardio-vasculaires, hépatiques ou rénales.

N.B : Il ne s’agit cependant pas d’un produit indiqué dans la pratique du sport. Sa composition et son osmolarité sont loin d’être compatibles avec les besoins du sportif et peuvent entre autres poser un problème d’élévation de température et de déshydratation. Il ne faut donc pas le confondre avec une boisson énergétique.