Hypertension artérielle : attention au sel caché

Si vous souffrez d’une hypertension artérielle ou que des facteurs vous y prédisposent, il est recommandé d’observer une alimentation adaptée. Mais entre les idées reçues, la confusion générée par les allégations santé et les abus des industriels en matière d’utilisation du sel, il n’est pas toujours aisé de faire les bons choix. Voyons ou revoyons ensemble la conduite diététique à observer pour garder ses artères en bonne santé.

Il est bon de rappeler dans un premier temps que la mise en place d’une hygiène alimentaire visant à abaisser la tension artérielle doit être couplée à une bonne hygiène de vie en général. Cela comprend entre autres, une activité physique régulière et suffisante, une bonne gestion du stress et l’arrêt de la consommation de tabac si vous êtes fumeur. Ces conseils sont par ailleurs applicables à l’ensemble de la population, y compris bien portante, pour prévenir de nombreuses maladies aussi bien métaboliques que cardio-vasculaires.

Dans ce contexte général, l’alimentation a un rôle extrêmement important. Il a été largement démontré qu’une consommation excessive en sodium favorisait l’apparition d’une hypertension artérielle (HTA) et par la suite l’aggravait. Or, le problème du sodium (Na), c’est que l’on en consomme beaucoup sous forme de NaCl : le sel. Alors que notre consommation devrait se situer autour de 6 g par jour (nos besoins ne sont en réalité que de 2 g !), dans la pratique, nous en ingérons au minimum 8 à 15 g, c’est trop ! Pour diminuer notre consommation, supprimer la salière à table est largement insuffisant. En effet, 80 % du sel ingéré ne vient pas de ce que l’on sale à la maison mais du sel caché dans les préparations : le pain, la charcuterie, les fromages, les soupes en sachets, les plats cuisinées, les conserves (même celles de « légumes natures »), les bouillons cub, les biscuits…

Mais difficile de se repérer sur les étiquettes, cette indication n’est pas obligatoire et les industriels sont plutôt malins, ils ne marquent souvent que l’apport en sodium. Pour connaître la valeur réelle en sel, il faut donc multiplier par 2.5. A titre d’exemple, un potage à 0.79 g de sodium par assiette apporte près de 2 g de sel en réalité soit le 1/3 de vos apports journaliers recommandés à elle seule.

Quant à l’allégation santé pour les produits pauvres ou à faibles teneur en sodium, la règlementation est très stricte, vous pouvez donc vous y fier :

  • Pauvre ou faible en sodium correspond à 120 mg de sodium pour 100 g (ou ml)
  • Très faible en sodium correspond à 40 mg pour 100g  (ou 100 ml)
  • Exempt de sodium correspond à 5 mg pour 100g  (ou 100 ml)

Dans le cadre de l’hypertension artérielle, il faut également porter une attention particulière au potassium. A l’inverse du sodium, il est à privilégier. On en trouve dans les légumes à condition de ne pas les laisser tremper dans l’eau, ni de les cuire dans un volume d’eau trop important (excepté si elle est consommée comme dans le cadre des soupes et potages). Les fruits sont aussi une bonne source. Vous en trouverez également dans le lait et les yaourts.

Enfin, sachez que toute perte de poids même très modeste améliore la tension artérielle. C’est donc l’occasion de vous motiver pour maigrir.