Programme Activ’ : de l’activité physique contre le cancer du sein

En 2012, l’Institut Curie lançait Programme Activ’, un projet pilote visant à aider les femmes ayant subi un cancer du sein à reprendre une activité physique. Fort de son succès, le programme reprend en 2013 et s’enrichit d’un volet nutrition.

La pratique régulière d’une activité physique comporte de nombreux bénéfices, à commencer par la diminution des risques de cancer, de dépression ou encore de surpoids : plusieurs études scientifiques en ont fait la preuve. Plus surprenant peut-être, le sport aide également à réduire les séquelles liées à une opération du cancer du sein telles que le lymphoedème. Autre avantage : s’il est accompagné d’une alimentation adaptée, le sport aide à maintenir un poids santé. Un élément d’autant plus important que le surpoids est un facteur de récidive clairement identifié pour le cancer du sein. S'appuyant sur tous ces éléments, l'Institut Curie, accompagné de ses partenaires AG2R La Mondiale et Siel Bleu, a bâti en 2012 un programme d'activité physique pour les patientes qui venaient de terminer leur traitement contre le cancer du sein. Au vu de premières évaluations très prometteuses, la version 2, très étoffée, a donc débuté en mai dernier.

Le Programme Activ’ se déroule en plusieurs volets, étalés sur un trimestre. Presque tout le programme est prise en charge, la patiente s'acquitte uniquement d'une cotisation de 30 euros.

  • L’entretien motivationnel. Il permet dans un premier temps de repérer les patientes qui auront probablement besoin d’un soutien psychologique tout au long du trimestre.
  • Les ateliers sportifs, collectifs ou individuels. Chaque patiente se voit proposer une séance hebdomadaire de sport, adaptée en fonction de sa condition physique. "Le Programme Activ’ a changé ma vie, explique Elisabeth, qui a suivi le programme en 2012. Même les petites choses de la vie quotidienne, comme monter les escaliers, sont devenues plus faciles. Depuis, je me sens beaucoup mieux, d’autant que les douleurs se sont dissipées."
  • Les ateliers nutritionnels permettent aux patients de s’approprier les connaissances nécessaires pour atteindre un bon équilibre alimentaire. En appliquant ces nouvelles règles au quotidien, elles peuvent envisager une stabilisation de leur poids. "Les ateliers diététiques sont innovants, explique Séverine Gendron, diététicienne de l’Institut Curie. Ils abordent des notions aussi vastes que savoir calculer son indice de masse corporelle, reconnaître les constituants des aliments sur les étiquettes, connaître les repères de consommation, savoir effectuer les équivalences judicieuses ou encore connaître les effets néfastes de certains aliments."
En 2012, une centaine de patientes ont participé à la phase pilote. Aujourd'hui, l’Institut Curie voudrait proposer le Programme Activ’ à toutes ses patientes en fin de traitement pour un cancer du sein. Et pourquoi pas, ensuite, l’élargir à des patients ayant été traitée pour d’autres cancers, côlon ou prostate par exemple.
Rappelons que quelque 53000 nouveaux cas de cancers du sein sont détectés chaque année, il représente ainsi 33% des cancers féminins. Heureusement, de nombreux progrès thérapeutiques ont été réalisés ces dernières années et la probabilité de guérir d’un cancer du sein est élevée. Les taux de survie à 1, 3 et 5 ans sont respectivement de 97%, 90% et 85%.

En savoir plus

Crédit photo : Christophe Hargouès / Institut Curie