La micronutrition au secours de la perte de poids

Inutile d’imaginer que je vais vous proposer un régime drastique et carencé dans le but de mincir avant l’été. Je suis contre et ce pour une bonne raison, ils font quasi-systématiquement reprendre du poids. Notre organisme n’aime pas les restrictions et à tendance à les faire payer "lourdement".

La micronutrition vient en appuie d’une rééducation alimentaire dans le cadre de la perte de poids. En effet, les femmes qui ont fait de nombreux régimes savent qu’ils ne fonctionnent plus au bout d’un moment. Leurs organismes résistent et stockent plus facilement les calories qu’avant. La perte de poids se complique au fur et à mesure des années, elles se sentent démunies. D’autres savent que les compulsions dont elles sont victimes réduisent tous leurs efforts à néant. C’est alors qu’il faut s’intéresser de près à leur profil.

Le livre des docteurs Chos et Benedetti "Maigrir avec la micronutrition" est une excellente référence pour le grand public qui souhaite approcher cette méthode. J’ai été formée à la micronutrition, il y a une quinzaine d’année, il ne s’agit donc pas d’une nouvelle prise en charge.

De manière concrète, lors de la consultation, il faut s’appliquer à déterminer les raisons qui viennent entraver le bon déroulement de la perte de poids. Ainsi, une flore intestinale dévastée par une mauvaise hygiène alimentaire, des traitements antibiotiques répétés ou une vie soumise à des stress importants peuvent être en cause. Les patients se plaignent de désordres digestifs, de ballonnements, d’infections à répétitions ou d’allergies. Dans d’autres cas de figures, il peut y avoir un déficit en sérotonine. Ce neurotransmetteur agit sur notre humeur et les compulsions sucrées. En manquer, c’est s’exposer à des petits grignotages le soir après 17 heures et la volonté n'y peut pas grand-chose !  Les carences en fer, magnésium, iode, en oméga-3 jouent également un rôle prépondérant. Enfin, une trop grande sollicitation de l’insuline responsable de la prise de poids essentiellement au niveau du ventre est également pointée du doigt.

Chaque situation trouve une réponse dans notre façon de s’alimenter. En adaptant le plan alimentaire, le micronutritionniste va améliorer l’état du patient et ainsi obtenir une perte de poids efficace. Il s’agit d’intégrer de manière judicieuse des aliments riches en acides aminés, acides gras, vitamines ou minéraux manquants dans l’alimentation initiale du patient pour que son statut nutritionnel s’améliore. Ces éléments se retrouvent dans des aliments de consommation courante que l’on se procure très facilement mais si cela s’avérait insuffisant, les compléments nutritionnels de bonnes qualités achetés en pharmacie peuvent venir compléter la prescription. Vous comprenez donc que pour bien maigrir, il n’est nul besoin de s’affamer mais d’être à l’écoute de son corps et d’en assurer le bon fonctionnement.