Extrémités froides : à mains froides coeur chaud !

La sensation de froideur des extrémités des mains et des pieds est un symptôme fréquent et bénin. Il sévit dans les pays froids et touche préférentiellement les femmes (5 femmes pour 1 homme). Quels sont les mécanismes de cette symptomatologie, les causes et comment faire pour y remédier simplement ? Il sévit dans les pays froids et touche préférentiellement les femmes, 5 femmes contre un homme. Quels sont les mécanismes de cette symptomatologie, les causes et comment fait-on pour y remédier simplement?

Le réseau veineux sanguin se divise en deux systèmes distincts : la macrocirculation et la microcirculation. La première est représentée par des vaisseaux dits de gros calibres : les artères, les artérioles et les veines. Elle constitue une zone dite de transit. Sa fonction est de transporter le sang, soit du cœur vers les les organes, soit des organes vers le cœur. La microcirculation est constituée quant à elle par les microvaisseaux ou capillaires. Elle constitue une zone d'échange entre le milieu vasculaire et les tissus organiques. Ces petits vaisseaux transportent les gaz comme l'oxygène et les nutriments nécessaires à notre corps comme les acides aminés, le glucose, les lipides et les vitamines.

La taille de ces vaisseaux varie entre 3 à 10 microns de diamètre soit approximativement la taille d'un globule rouge alors que la plus grande artère de notre corps, l'aorte, mesure entre 10 et 20 mm de diamètre.

Comme pour les gros troncs artériels et veineux, les parois des capillaires ont des propriétés contractiles. Les muscles activent la circulation selon un effet pompe (contraction-relâchement) et favorisent la circulation sanguine. Mais au niveau des extrémités, il y a peu, voire pas de muscles du tout.

Les capillaires fonctionnent en réseau continu, comme une toile d'araignée. Ils se branchent sur les vaisseaux de plus gros calibre pour assurer et maintenir une bonne vascularisation.

Que se passe-t-il quand il fait froid ?

La température corporelle oscille entre 36.1° et 38.5°. Dans le cerveau, une glande gère la régulation thermique. Il s'agit de l'hypothalamus. C'est ce chef d’orchestre qui fait office de thermostat.

En période de froid, le sang se refroidit, l'hypothalamus est prévenu et la thermogenèse ou production de chaleur est activée. Nos muscles et nos vaisseaux se contractent afin que les organes nobles (le cœur, le cerveau) soient irrigués en premier.

En période de chaleur, l’hypothalamus déclenche la thermolyse ou perte de chaleur. Les muscles et les vaisseaux à contrario, se dilatent. Le sang est alors envoyé vers la surface, ce qui active les glandes sudoripares. La vapeur d'eau produite par ces glandes refroidit notre corps pour maintenir une température corporelle normale.

On comprend qu'en période de froid ou de chaleur, les zones découvertes, les mains, les pieds, le front, les oreilles et le nez qui sont peu graisseuses et non musclées soient les plus sensibles aux variations de température. L’expression à mains froides cœur chaud est sensée.

Extrémités froides : quelles ont les causes de ce symptôme ?

Il traduit des causes diverses et s’intègre dans des pathologies d'ordre générale. Il peut signifier une diminution de nombre de globule rouge ou anémie. On rappelle que les globules rouges sont les aliments de base de la circulation sanguine donc s'ils sont diminués, la circulation se fait mois bien et les extrémités sont rapidement touchées.

Le diabète traduit une élévation anormale du taux de sucre dans le sang. Cette anomalie est due à une insuffisance ou une mauvaise utilisation de l’insuline. Les capillaires transportent ce substrat vital au bon fonctionnement de notre corps. Le cerveau par exemple consomme 150 g de sucre par jour. La vascularisation des extrémités est donc perturbée dans le cadre de cette maladie chronique.

Les hormones thyroïdiennes sont les hormones dites du stress, elles agissent sur la relaxation et la contraction des capillaires. En cas d’hypothyroïdie, les extrémités sont froides car les propriétés contractiles des capillaires sont affectées.

Il y a les causes extrinsèques :

Elles sont médicamenteuses, on citera les traitements aux propriétés vasoconstrictrices comme certains bétabloquants qui sont utilisés en cardiologie pour ralentir entre autre la fréquence cardiaque, mais aussi les dérivés de l'ergot de seigle utilisés dans les migraines. Certaines chimiothérapies altèrent la qualité pariétale des capillaires.

Elles peuvent être d'origine professionnelle : utilisation d'engins vibrants, repassage dans les pressing, «dactylographes». Les micropressions répétées au niveau des extrémités altèrent en effet la paroi des capillaires.

Le tabac a un effet délétère sur la paroi des vaisseaux et les contracte.

On recherchera des maladies dites auto immunes comme la sclérodermie, le lupus et la polyarthrite rhumatoïde. Ce sont des causes rares touchant en général les femmes de plus de 40 ans.

La sclérodermie par exemple, se caractérise par une production excessive de collagène. Il se dépose sur la paroi des capillaires et les atrophie. La peau des mains est scléreuse et les extrémités pâles et froides.

Enfin, nous allons faire un point sur la maladie de Raynaud et le syndrome de Raynaud. Tout le monde en parle, ces deux tableaux sont décrits dans la littérature mais, ils sont trop souvent confondus, à tort. Une enquête médicale doit permettre de faire la différence entre les deux afin d’établir une cause pas toujours évidente.

- La maladie de Raynaud touche exclusivement le flux sanguin des extrémités en cas de changement de température ou de stress. Elle n'a pas de cause définie. Elle touche 5% de la population générale avec 9 femmes contre 1 homme, elle sévit dans les pays froids. Elle doit son nom au Docteur Maurice Raynaud(1834-1881) qui l'a décrite en 1862.

Les symptômes durent de quelques minutes à quelques heures. Ils se traduisent par une modification de la couleur normale des extrémités, en passant de la couleur blanche (phase syncopale), bleue (phase asphyxique) puis rouge (phase hyperthermique qui est facultative). Des fourmillements sont associés avec une sensation de pulsation avec ou sans perte de sensibilité et une douleur dans la région atteinte. Les symptômes régressent au réchauffement des extrémités. La maladie de Raynaud est bénigne.

- Le syndrome de Raynaud présente le même tableau clinique mais il est secondaire à la prise de certains médicaments cités ci-dessus ou il s’intègre dans des maladies dites auto-immunes.

Extrémités froides : quelles ont les solutions ?

Il n'y a pas de thérapeutique lourde ou contraignante. Les remèdes font appel au bon sens et reposent sur des consignes simples.

- On peut plonger ses extrémités dans de l'eau chaude ou tiède.

- Mieux encore, il faut anticiper, si vous devez réaliser une activité qui soumettra vos mains au froid comme préparer un repas à base de produits congelés, en réchauffant vos mains avant et pendant.

- Pour activer la circulation, on peut faire bouger ses bras comme des moulins à vents en gardant bien les coudes, les mains et les poignets alignés. Cette gymnastique à priori ridicule visuellement et rudimentaire réalisée pendant deux minutes, favorise le retour sanguin et atténue la douleur. Elle diminue les spasmes des vaisseaux.

- Au niveau alimentaire, il faut penser à s’hydrater régulièrement. Quand la température chute, prenez des boissons chaudes en évitant le café aux propriétés vasoconstrictrices, pire encore les alcools chauds sont fortement déconseillés. Les poissons comme le thon, le saumon, la sardine riches en oméga 3 ont des vertus vasoprotectrices.

- Pour garder son corps bien au chaud, il faut savoir bien s'habiller. Il est inutile de changer votre garde-robe au risque de faire chauffer votre carte bleue. Non, simplement, portez des vêtements amples en fibres de coton mixte qui ne compriment pas les vaisseaux. Elles sont préférables au coton pur ou à la laine, car elles absorbent mieux la transpiration qui fait grelotter. Il est préférable de porter des moufles plutôt que des gants même doublés, les doigts joints produiront de la chaleur et ils seront mieux protégés, inutile de diviser pour mieux régner. N'oubliez surtout pas le nez, le cou et le front. Mettre des chaussettes, des gants c'est bien mais seuls ils ne serviront à rien si vous laissez le froid s’engouffrer par ailleurs.

- On peut perdre jusqu'à 55 % de notre chaleur corporelle à partir de la tête, alors à vos chapeaux messieurs dames. Les toques des chefs dans les cuisines ne sont pas juste faits pour l'apparat !

- A la maison montez la température surtout la nuit, de quelques degrés seulement. Il est recommandé de dormir dans une atmosphère de 18° à 20° maximum.

- Vous pouvez mettre des tapis sur les sols carrelés des cuisines ou salle de bains pour isoler vos pieds du carrelage froid.

- Enfin les émotions comme le stress, peuvent déclencher ce symptôme, alors simplement fermer les yeux, agitez vos doigts et respirez profondément pour diminuer la durée ou prévenir la survenue des crises.

Dans le cas où le symptôme est trop invalidant des médicaments peuvent être prodigués, ce sont de vasodilatateurs soit per os ou en pommade. Si une cause est trouvée, elle sera traitée en en conséquence.

Les extrémités froides sont ressenties par tous. Ce symptôme est bénin, il peut nous inquiéter à juste titre, mais j’espère que grâce à ses règles simples vous réchaufferez votre corps et votre cœur.

Copyright : Benicce - Fotolia.com