Jambes lourdes : que faire pour y remédier ?

En moyenne, nous effectuons entre 6000 et 7000 pas par jour. Nos veines sont sollicitées dès notre réveil, pour se rendre sur son lieu de travail, pour prendre les enfants à la sortie de l'école ou encore pour faire du shopping. A la fin d'une journée active, des œdèmes et une sensation de jambe lourde nous incommodent.

L'insuffisance veineuse touche aujourd'hui en France, 1 adulte sur 3 avec 1 femme sur 2 contre 1 homme sur 4 (source INSEE 1996 et HAS 2006).
La lourdeur des jambes et l’œdème des membres inférieurs sont les expressions  cliniques première de l'insuffisance veineuse.
Les varicosités ou petites veines bleutées et/ou violacées, traduisent un stade avancé de l'insuffisance veineuse. Elles sont un motif fréquent de consultation tandis que la lourdeur est à tort souvent négligée par les patients.

Les veines comment ça marche ?

Notre corps contient 5 litres de sang. Et pour faire remonter le sang vers le cœur, les veines doivent lutter contre la pesanteur, c'est-à-dire la position verticale. Pour ce faire, les veines sont dotées de valvules ou clapets qui empêchent le sang de refluer vers le bas, évitant ainsi la stase veineuse.

En position debout et grâce à la marche, la contraction musculaire effectue par ailleurs une chasse veineuse stimulant la paroi veineuse. Grâce à cet effet de pompe, le sang afflue du bas du corps vers le cœur. En labsence d'activité, ou de repos prolongé on assiste donc à une stagnation sanguine qui correspond cliniquement à l'œdème des membres inférieurs ou chevilles gonflées.

Plusieurs facteurs de risque contribuent à altérer ce système :

  • Nos veines vieillissent avec nous. Avec l'âge, les parois saltèrent et l'effet de chasse diminue, ce dautant qu'une personne âgée marche en moyenne sur une journée entre 3000 et 5000 pas par jour contre 6000 à 7000 pas par jour pour un jeune actif ;
  • Le surpoids ou une prise de poids récente engendre un surcroît de travail pour les veines et favorise ce phénomène ;
  • Les modifications hormonales : la grossesse, la ménopause, les périodes menstruelles, les contraceptifs et les traitements hormonaux substitutifs par un effet physico-chimique jouent sur la paroi veineuse et donc sur le flux sanguin, entraînant un ralentissement du flux ;
  • Le tabagisme chronique actifa un effet nocif connu sur la paroi des artères et son mode d'action serait similaire sur les veines, il agresse la paroi des vaisseaux et diminue ses capacités de bon fonctionnement ;
  • A ces facteurs de risques s'ajoutent l'hérédité, l'exposition à la chaleur prolongée (chauffage au sol, le travail en cuisine, hammams fréquents, etc.) qui dilate les veines, certaines professions l'on piétine (serveurs, coiffeurs, vendeurs, hôtesses de l'air, etc) sont plus exposées ;
  • Une alimentation déséquilibrée augmente le travail hépatique (rappelons que le foie a un rôle de centrale épuratrice). Les déchets ou toxines, non ou mal éliminés, peuvent alors se déposer sur la paroi veineuse et modifier son activité. Il en va de même pour la consommation de certains médicaments ;
  • Les vêtements trop serrés notamment au niveau de la ceinture abdominale ou de la taille exercent une pression sur les veines à leur origine, tout comme les bottes au niveau des mollets.

A la lumière de ces succinctes explications, il est aisé de comprendre les signes de linsuffisance veineuse. 

On distingue en premier lieu l'œdème des membres inférieurs en fin de journée ou gonflement, les impatiences ou le syndrome des gens sans repos qui correspondent à une inflammation réactionnelle de la paroi veineuse, mais aussi les démangeaisons car la peau est irriguée par les veines du réseau veineux profond, et enfin les varicosités et les varices.

Que faire en pratique ?

Il ne faut pas attendre pour consulter, la prévention étant le meilleur traitement.

Il est recommandé de maintenir une activité physique comme la marche avec une cadence adaptée au profil de chacun à raison de 20 à 30 minutes par jour. Mais surtout, il faut éviter les contraintes sur les talons et chevilles, comme courir sur des pavés (même si c'est très chic) ou faire du step. Et bien sûr, il est préférable dutiliser les escaliers aux ascenseurs.

Si on peut se dégager du temps, je vous conseille de vous mettre au vélo, et/ou à la natation qui a également des vertus de drainage cutané et diminue l'aspect celluliteux de la peau. Ces activités stimulent la pompe musculaire, elles diminuent donc le reflux.

Qui dit activité sportive, dit prendre soin de sa ligne et donc de son assiette, lobjectif étant différent pour chaque individu. Pour certains, il sera nécessaire de perdre du poids dans le cadre d'une surcharge pondérale et de le stabiliser. Dans tous les cas , il faut garder un poids idéal santé (référence OMS : calcul et interprétation de son IMC). L'effet yo-yo est néfaste pour le corps en général et pour les veines en particulier.

Manger ou ne pas manger, tel est la question et surtout que manger ?

Une alimentation variée est la clef d'un régime réussi. Pour des jambes légères, nous préconisons les légumes de préférence cuits pour diminuer les ballonnements à l'origine d'une compression abdominale sur les veines.

On distingue deux classes de nutriments, ceux dits protecteurs de la paroi veineuse :

Les antioxydants

fruits rouges, poivrons, choux,raisins ...

La Vitamine C

agrumes, kiwis...

Le Sélénium, le zinc

les fruits de mer et légumes secs...

Et ceux qui la renforcent,

La Vitamine E

Noix, amandes,céréale,huiles végétales avocats, légumes verts

La vitamine PP

Poissons des mers froides(saumon , morue), viandes comme le foie

Les apports liquidiens contribuent à léquilibre nutritionnel. Il ne faut pas bouder les boissons (thé vert, eau, soupes, jus de fruits frais, etc.).

On associe rétention d'eau et mauvaise circulation mais la détoxification corporelle, facteur essentiel au bon maintien de la paroi veineuse, est assurée par une hydratation correcte.

Nos besoins corporelles sont estimées à environ un litre à un litre et demi par jour. Chacun peut adapter ses besoins en fonction des ses activités, sachant qu'il est de bon goût d'éviter les excitants comme le café et les épices.

Chouchouter son corps

Pour débuter ou terminer la journée, quoi de mieux qu'une bonne douche, avec en touche finale : la technique de l'ALLER SANS RETOUR, c'est-à-dire un jet d'eau froide ou tiède sur les jambes, pour les plus courageux, en remontant des chevilles vers le pli inguinal. Attention, il ne faut pas redescendre, sinon tout le bienfait de cette douche sera perdue.

Ensuite vous mettrez des vêtements amples et souples ne comprimant pas la taille, des chaussures confortables en délaissant l'utilisation exclusive des talons plats et les talons hauts aussi sexy soient-ils, lidéal étant un talon de 2 à 5 cm de préférence, carré pour le confort du dos.

Après tous ces efforts, le réconfort et les promesses d'une bonne nuit de sommeil précédée d'un bon petit livre peuvent être améliorés par une élévation des pieds d'environ 10 cm, soit par une cale dure, soit par un oreiller épais. Pour les plus chanceux dotés d'un lit motorisé, il vous suffira d'appuyer sur la fonction élévation du bas du sommier. Et vous voilà près à affronter le prochain lever de bon pied.

A ces conseils pratiques , vous aurez peut être besoin de traitements médicaux.

  • Ils reposent sur les veinotoniques. Leur efficacité est montrée, même si malheureusement ils sont déremboursés par la sécurité sociale. Le DAFLON est le traitement médical de référence (HAS 2012) associé à la prescription de la contention sous formes de chaussettes,de collants et de bas qui existent avec différents degrés de compression.
  • La chirurgie ou plutôt les chirurgies qui combinent plusieurs techniques, le stripping ou eveinage, le laser, etc. sont indiquées selon les cas.

Linsuffisance veineuse n'est pas un fatalité, la prévention est le meilleur traitement et les méthodes de soin sont simples et accessibles par tous.

Ne prenez plus vos jambes à votre cou. Les professionnels de santé sont pour vous guider et vous conseiller.