Chirurgie de l’obésité : tout ce que vous devez savoir avant de vous lancer

La chirurgie bariatrique est un traitement de l’obésité qui a fait ses preuves. Que ce soit l’anneau gastrique, le by-pass ou une sleeve, les résultats sont époustouflants. La perte de poids est considérable la première année. Bien évidemment perdre 20 ou 30 kg en quelques mois est une grande victoire sur sa santé, sur son confort, sur la vie en général mais cela n’est pas simple et prendre la décision d’avoir recourt à ce type de chirurgie relève bien souvent du parcours du combattant. Une fois cette étape passée d’autres difficultés attendent les patients. Mais la qualité des résultats les amènent souvent à dire qu’ils ne regrettent pas cette intervention. Le point sur cette chirurgie de l’obésité.

Qui peut prétendre à cette chirurgie ?

Les conditions pour accéder à ce type d’intervention sont très strictes. Votre Indice de Masse Corporelle (IMC) doit être supérieur à 40. Vous le calculerez facilement en divisant votre poids sur votre taille2   (P/T2 ). Sachez que si vous présentez une comorbidité c'est-à-dire, un diabète, une hypertension artérielle ou une apnée du sommeil par exemple en plus de votre obésité,  l’IMC d’éligibilité peut être abaissé à 35. De plus, les démarches sérieuses et d’une durée suffisamment longue (au minimum 6 mois) que vous aviez entreprises auparavant pour perdre du poids doivent avoir échouées.

Le parcours avant l’intervention :

Votre médecin traitant vous guidera dans ce choix et restera en relation avec l’équipe qui va vous prendre en charge. Une fois que vous aurez rencontré votre chirurgien, vous allez enchainer les rendez-vous avec d’autres professionnels de santé comme l’anesthésiste, le diététicien, le psychiatre, l’endrocrinologue… dans le but d’évaluer le rapport bénéfices/risques et de vous préparer à l’intervention.  De même, ces entretiens ont pour but de vérifier votre implication à long terme et de s’assurer que vous maintiendrez un suivi à vie une fois opéré. Il peut également vous être demandé une fibroscopie oesogastro-duodénale selon le type d’intervention que vous devez subir. Enfin, cette équipe pluridisciplinaire statuera sur votre dossier et décidera de l’intérêt de pratiquer l’intervention ou pas.

La chirurgie :

Elle est dite mini-invasive. Elle se fait généralement sous coelioscopie ce qui permet au patient d’avoir des suites opératoires moins lourdes. Vous pourrez vous voir proposer soit une diminution du volume gastrique (anneau gastrique ou une sleeve gastrectomie sont généralement pratiquées) soit une réduction du volume gastrique associée à une malabsorption de type « by pass ».

Parce qu’il faut aussi en parler :

- Pas question de décourager les candidats à l’intervention, vous vous doutez bien que l’intérêt  pour la santé et la longévité viendra contrebalancer ces désagréments. Mais il est important de savoir certaines choses pour les anticiper et s’y préparer psychologiquement.  Selon le type de chirurgie choisi, les complications peuvent différer (diarrhée, reflux, anémie…), il est important de bien les identifier et de respecter les visites de contrôle avec votre médecin.

- Le dumping syndrom précoce ou tardif (malaise apparaissant plus ou moins rapidement après l’ingestion d’un plat trop riche ou sucré) est une des conséquences de cette chirurgie, il est donc important de bien respecter les recommandations diététiques. 

- Sachez qu’une supplémentation en vitamines et en minéraux peut-être observée à vie.

- Enfin, la perte de poids rapide entraîne d’un point de vue esthétique un surplus de peau au niveau du ventre, des bras… Fort heureusement, la chirurgie viendra à nouveau en aide et règlera la plupart de ces soucis d’ordre esthétiques. Mais attention un délai suffisant sera observé et tout le poids devra être perdu avant d’envisager d’y avoir recourt.

Et la diététique dans tout cela ?

Elle a une place déterminante dans la perte de poids Les personnes qui font le choix d’une chirurgie bariatrique ne font pas le choix de la facilité diététique, bien au contraire. Elles font souvent preuve d’un courage et d’une volonté qu’il est juste de souligner. La prise en charge diététique se fait avant même l’intervention. En post-opératoire, la conduite diététique est particulièrement contraignante, L’alimentation est mixée puis moulinée et les quantités absorbées à chaque repas sont très faibles (la valeur en volume d’un pot de yaourt !). L’alimentation est fractionnée et au bout de quelques semaines les repas sont plus faciles à ingérer. Cependant, le niveau de tolérance de chacun est différent et l’on constate que certains aliments n’arrivent plus à être consommés. Même une fois tout le poids perdu, les mesures diététiques sont à respecter à vie et le suivi est indispensable.   

En conclusion, les conséquences liées à l’obésité nécessitent une prise en charge efficace. L’évaluation des risques liés à cette chirurgie et l'assurance de la bonne compréhension du patient sur l’intérêt du suivi à vie est indispensable pour optimiser les résultats. Il est important de mettre en garde sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une solution miracle et que le risque de reprendre du poids est toujours présent. Mais bien menée, la chirurgie de l’obésité permet d’obtenir de très bons résultats durablement.