Résolutions ? Ah, non !!!

Si la fin de l’année se fait souvent excessive en termes alimentaires, les premiers jours de la nouvelle se placent volontiers sous le signe de la raison. Qui rime avec résolutions. Et si l’unique résolution à respecter était de ne plus jamais en prendre ?

    

Dès la 3 ème semaine de janvier, le constat est sans appel : parmi les « bonnes résolutions » des lendemains de fêtes, beaucoup ont déjà été abandonnées !!!  Au mois de février, dès la Chandeleur, les dernières résistances tombent à coup de crêpes et de beignets…Mais qu’importe puisque le printemps approche et que rien ne sert de courir par temps froid : le 1er avril, « je commence mon régime » !

Si cela n’était pas si sérieux, nous ririons de ces secousses annuelles  imposées à notre vie alimentaire. Mais cela est sérieux. Pour plusieurs raisons. La première est biologique. La deuxième psychologique.

Alterner périodes de restrictions et phases de désinhibition provoque un dérèglement total des sensations alimentaires. Ne pas  manger quand on a faim, se priver de ses aliments favoris ou continuer  à manger  alors qu’on n’a plus faim : des conduites très banales  pour qui continue à croire en l’efficacité de la privation pour retrouver ou maintenir son poids de forme. Des conduites également préjudiciables en termes biologiques car à force de contrarier la machine, on l’enraye sérieusement.

Ces résolutions ont également pour effet pervers de provoquer un effondrement de notre indice de satisfaction personnelle. Se fixer des objectifs le 1 er janvier et constater une semaine après qu’on ne les a pas tenus est désagréable car on se juge dès lors incapable de réussir une entreprise pourtant fermement décidée. Inutile d’insister sur le caractère dévalorisant de ce que l’on considère à tort comme des « échecs ».

Il faut bien comprendre que notre comportement alimentaire ne relève pas du « défi » ni de la décision. Bien sûr, on peut décider de ne plus acheter de chocolat ou de jeûner pendant trois jours pour compenser les excès d’une seule soirée. Mais tôt ou tard, nous serons rattrapés par les besoins de notre corps : manger à sa faim et ressentir du plaisir.

Alors oui, s’il est une résolution à prendre, c’est celle de l’écoute des besoins de son corps en nourriture et en plaisir. Les autres sont à bannir. Résolument.

Copyright : auremar / Fotolia.com