Conseils diététiques pour les personnes diabétiques

Les personnes diabétiques doivent être particulièrement attentives à ce qu'elles mangent. Elles doivent également très bien connaître l'index glycémique (IG) des aliments. Voici quelques conseils pour s'y retrouver plus facilement.

Le diabète est par définition une hyperglycémie chronique. Cela signifie que le taux de sucre dans le sang reste anormalement élevé.  Selon les chiffres de l’institut de veille sanitaire, le nombre de diabétiques traités en France est passé de 1 600 000 en 2000 à 2 900 000 en 2009. Il est aujourd’hui encore plus élevé d’autant qu’on estime à au moins 500 000 le nombre de diabétiques qui s’ignorent.  En effet, cette maladie évolue insidieusement et il est possible de ne pas présenter de symptômes pendant longtemps. Pour autant, ce dérèglement de la glycémie n’est pas sans conséquences sur la santé avec une atteinte des vaisseaux sanguins et des complications pouvant intervenir au niveau du cœur, des reins ou de la vue par exemple.

L'alimentation, clé du traitement

L’alimentation fait partie intégrante du traitement. Un régime associé au traitement médicamenteux et à un minimum d’activité physique permet d’équilibrer le diabète et de limiter les complications. L’éducation du patient d’un point de vue hygiéno-diététique et  en terme d’autosurveillance est donc primordiale.

L’éducation nutritionnelle du patient diabétique passe par une connaissance suffisante des aliments afin d’optimiser le choix des menus. Le nombre de prises alimentaires ainsi que les horaires sont aussi des points très importants. Si le diabète est insulino-dépendant, c’est le schéma thérapeutique (dose d’insuline et heure d’injection) qui va définir ce rythme.

Même s’il est important de parler d’équilibre alimentaire dans son ensemble, quand on traite un diabète, on cherche à limiter aussi bien les hypoglycémies que les hyperglycémies, d’où l’importance du choix des glucides.

On retrouve dans les aliments glucidiques plusieurs sortes de sucres : des sucres simples (fruits,  produits sucrés) et des sucres complexes (féculents). Ils ne sont pas digérés de la même manière et n’ont pas la même incidence sur la glycémie (taux de sucre dans le sang). On préfère alors les catégoriser en fonction de leur impact sur cette dernière. C’est la notion d’index glycémique. Plus un aliment aura un index glycémique élevé, plus la glycémie après son ingestion augmentera. C’est pour cette raison que le diabétique doit privilégier les aliments à IG bas. Il est bon de noter que les modes de préparations et les modes de cuisson modifient les IG pour un même aliment. Ainsi, des pommes de terre cuites à la vapeur ont un IG plus intéressant que préparées en purée. Choisir des IG bas, c’est s’assurer une glycémie moins importante, mais aussi plus stable plus longtemps après le repas.

Les bonnes associations

Pour ralentir encore la digestion des glucides, il est important d’associer les féculents à des fibres. D’où l’importance de trouver dans un même repas des féculents et des légumes.

Les fruits, seront limités en fonction de la quantité de sucre autorisé quotidiennement. On en retrouve généralement 2, voire 3 dans la journée.

Le sucre de table et les produits sucrés seront bannis de l’alimentation du diabétique. Si de manière exceptionnelle, ils doivent être consommés,  cela se fera à la fin du repas afin de limiter au maximum l’élévation brutale de la glycémie.

En plus de l’attention portée aux sucres, le choix des lipides (graisses) est lui aussi à surveiller. Les graisses saturées seront limitées, les produits d’origine animale seront choisis parmi les moins gras (viandes maigres et laitage plutôt que du fromage). Le poisson sera consommé au moins 2 fois par semaine. Quant aux matières grasses d’assaisonnement, il faut choisir des huiles végétales telles que l’huile d’olive, de noix ou de colza. Elles seront toujours favorisées au beurre, à la crème fraîche, au saindoux ou autres matières grasses d’origine animale.

Les charcuteries seront évitées, hormis le jambon blanc.

En conclusion : Bien équilibrer son diabète c’est garder bon pied, bon œil… bon cœur, bons reins !

Crédit photo : sante_30403858_ Dmitry Lobanov - Fotolia.