Téléthon 2011 : plus de 94 millions grâce à la générosité des Français

94 091 902 : tel est le résultat final du Téléthon 2011, dévoilé le 12 avril. Cet argent va notamment servir à financer les premiers essais cliniques sur l’Homme. Alors que nous touchons au but, il faut redoubler d’énergie et de détermination.

Le compteur du Téléthon est donc en hausse de 4% par rapport à celui de 2010. Et c’est grâce à la mobilisation générale des Français, sans cesse renouvelée. Dans un climat pour le moins morose, ils ont une nouvelle fois répondu présent, en organisation des manifestations sur le terrain ou en faisant directement des dons. Ainsi, plus d’un million de donateurs ont directement  donné via la plateforme téléphonique, internet ou mobile pas moins de 53,8 millions d’euros. Les quelque 20 000 manifestations sur le terrain ont quant à elles rapporté plus de 36 millions d’euros et les partenaires en ont collecté plus de 4.  "Familles, bénévoles, chercheurs, médecins, partenaires et tous ceux qui participent à cette aventure humaine nous ont offert un Téléthon plus festif, plus novateur et plus solidaire que jamais, souligne Laurence Tiennot-Herment, présidente de l’AFM, association organisatrice de l’événement. Ce compteur final nous conforte dans notre volonté d’aller plus loin, plus vite pour les malades."

Production à grande échelle

C’est précisément le moment d’accélérer encore la cadence. En 25 ans, des avancées prodigieuses ont été réalisées et nous sommes aujourd’hui aux portes des premiers médicaments. Une chose inimaginable en 1987, lors du premier Téléthon, mais qui exige que l’on redouble d’efforts. Pas moins de 36 essais en cours ou en préparation sont actuellement soutenus par l’AFM. Ils concernent une trentaine de maladies. Beaucoup de ces essais cliniques entrent dans la phase où ils doivent être testés sur l’Homme. C’est un processus long, très compliqué et extrêmement onéreux : produire une dose de médicament pour l’Homme coûte évidemment beaucoup plus cher que lorsqu’il s’agit d’une souris, par exemple. 

Sans compter que la chaîne de production doit répondre à des normes encore plus sévères. En 2011, Généthon, l’un des laboratoires de l’AFM, a ouvert Généthon Bioprod. Pour la première fois en France, une association est en passe de produire des produits pharmaceutiques. En l’occurrence, Généthon Bioprod se concentrera sur la production de vecteurs de thérapie génique à grande échelle. Un virage que l’AFM doit négocier habilement pour que l’incroyable énergie et la générosité démontrées par les Français ces 25 dernières années portent leurs fruits et aboutissent à des traitements pour les maladies rares mais aussi pour les pathologies plus fréquentes.