Enrichir son alimentation en oméga 3 : quel intérêt ?

Il y a 40 ans, on s’est intéressé à l’incroyable espérance de vie des Crétois et des habitants d’Okinawa. Ces deux populations avaient, entre autres, une consommation d’oméga 3 supérieure à la moyenne. Le rôle protecteur de ces acides gras sur les maladies cardio-vasculaires était démontré. On retrouve aujourd’hui des oméga 3 dans de nombreux produits. Certains en contiennent naturellement, d’autres en sont enrichis. Pourtant, notre consommation reste encore insuffisante. Nous allons voir quels sont nos besoins en cet acide gras et comment les couvrir.

Les oméga 3 sont des acides gras poly-insaturés dits indispensables. Ils sont nécessaires à l’organisme mais ce dernier ne sait pas les synthétiser. Il est donc important que notre alimentation quotidienne couvre nos besoins. Les apports journaliers recommandés en oméga 3 sont de 2 g mais la consommation réelle est bien inférieure.

Le consommateur d’aujourd’hui sait distinguer les "bonnes graisses" des  "mauvaises graisses". Ainsi, il se méfie des graisses saturées contenues essentiellement dans les produits d’origine animale pour réduire les risques cardio-vasculaires. Mais cette précaution ne s’avère pas suffisante. On sait depuis de nombreuses années que le rapport oméga 3 /oméga 6 est primordial pour s’assurer une bonne longévité. Ce rapport doit se situer à 1/5. Or, en privilégiant les graisses végétales, nous avons augmenté spontanément notre consommation d’oméga 6. Ces acides gras sont eux aussi indispensables mais consommés en trop grande quantité, ils gênent l’utilisation des oméga 3 présents dans notre alimentation. Par conséquent, l’effet protecteur attendu n’est plus au rendez-vous. En résumé, pour être efficace, l’équilibre et la proportion en oméga 3 et en oméga 6 est indispensable.

L’intérêt des oméga 3 :

Nous venons de le voir, les oméga 3 protègent des maladies cardio-vasculaires. Le sang est plus fluide, les artères plus souples. Ils diminuent la pression artérielle, le taux de triglycérides et le mauvais cholestérol. Ils ont aussi une action anti-inflammatoire.

Mais ce n’est pas tout, on sait aussi qu’ils jouent un rôle dans la prévention de nombreuses dégénérescences et que leur carence peut se traduire par des dépressions ou des troubles de la vision.

Où les trouve-t-on ?

On en trouve dans les algues, les poissons gras, le lin, les noix, mais il existe aussi depuis quelques années des produits de la filière "Bleu, blanc, cœur". Ce mode d’élevage qui nourrit les bêtes avec une alimentation contenant des graines de lin, permet d’obtenir des viandes et des œufs plus riches en oméga 3 (en vente dans la plupart des grandes surfaces).

Enfin, on en trouve aussi beaucoup dans l’huile de colza, de noix et certains légumes verts en contiennent une proportion non négligeable.

Concrètement, que faut-il consommer quotidiennement pour couvrir ses besoins ?

  • Des fruits et légumes à tous les repas.
  • Un mélange d’huile d’olive et d’huile de colza pour vos assaisonnements.
  • Du poisson : 2 à 3 fois par semaine en privilégiant les poissons gras.
  • Quelques noix en collation.

Crédit photo :  Daniel Rajszczak - Fotolia