Orgasme vous dites ? Connais pas !

L'anorgasmie est très fréquente chez les femmes de tous âges. Les hommes sont plus protégés de cela. Alors, qu'est-ce qu'une anorgasmie ? Pourquoi certaines femmes en sont atteintes et d'autres non ? Et surtout, est-ce irrémédiable ? Voici des réponses.

Chez les femmes (comme les hommes d’ailleurs, mais c’est beaucoup moins fréquent), le fait de ne pas avoir d’orgasme est appelé "anorgasmie". Celle-ci peut être primaire ou secondaire, c’est-à-dire être présente depuis le début de la vie sexuelle, ou survenir après un événement particulièrement traumatisant, alors que les orgasmes étaient ressentis auparavant.

Le plus souvent, les femmes sont touchées par une anorgasmie primaire : ceci s’explique de manière physiologique, voire même biologique. En effet, de manière générale, le comportement sexuel inné de la femme ne donne pas accès à l’orgasme de manière automatique. Les hommes ont, quant à eux, plus de chance, car ils accèdent à l’orgasme de manière concomitante avec leur éjaculation.

Pour les femmes, atteindre l’orgasme s’apprend, se mérite, après de nombreuses tentatives en masturbation, généralement à l’adolescence. Cependant, pas de panique, cela ne veut pas dire qu’une femme ne s’étant jamais masturbée à l’adolescence, n’aura jamais accès à l’orgasme ! La contrepartie de ce comportement inné, est qu’il n’est pas immuable, et peut être réversible à n’importe quel moment de notre vie.

Beaucoup de femmes n’osent pas parler de leur anorgasmie, par pudeur et souvent par tabou. La première réflexion qui leur vient est souvent : "Je ne dois pas fonctionner normalement, quelque chose ne doit pas aller chez moi." Or, une simple information sur la normalité physiologique de l’anorgasmie les aide beaucoup et les déculpabilise. Car qui dit anorgasmie, dit souvent simulation : double frustration !

Mais alors, comment atteindre ce fameux orgasme ? Outre la physiologie, d’autres facteurs interviennent comme le stress, le fait de ne pas lâcher prise, de tout contrôler, de ne pas prendre de temps pour soi… Bref, comment se détendre complètement au moment de l’acte sexuel, quand on est sans arrêt en train de tout maîtriser ?

Demandez conseil à un sexologue

Et bien mesdames, tout s’apprend ! D’abord, le sexologue abordera avec vous "l’historique" de votre anorgasmie : depuis quand, à quel moment, quelles représentations autour de l’orgasme, avec parfois des planches anatomiques pour le schéma corporel. Nous avons tous notre technique pour aborder cette question délicate et vous mettre à l’aise.

Puis, la véritable sexothérapie commence. Pour ma part, travaillant en méthode comportementale, je commence toujours avec mes patientes par le début de la vie sexuelle : c’est-à-dire la masturbation, si elles sont d’accord pour ce type de pratique. Car quoi de mieux que la masturbation pour connaître parfaitement comment notre corps fonctionne ? En effet, on ne demande jamais au partenaire de vous apprendre, c’est à vous de le guider car chaque femme est différente. Il est donc inutile d’avoir des partenaires ayant beaucoup d’expérience, ou de les enchaîner en se disant qu’à un moment, l’un d’entre eux va bien y arriver !

La masturbation est expliquée dans les détails, et faite à la maison entre les séances. Généralement, l’orgasme arrive rapidement, avec ou non un sextoy adapté (les doigts font tout à fait l’affaire si les femmes sont à l’aise avec cela). Puis, nous n'avons plus qu’à transposer la nouvelle connaissance de la jouissance en masturbation avec un partenaire. Cela semble peut-être rapide, mais cette technique marche extrêmement bien.

Crédit photo : Yuri Arcurs - Fotolia.