Moteur de recherche

Partager cet article

RSS
Vos témoignages
 
Juin 2012

Opéré des dents de sagesse : « Plus de peur que de mal !»

Avoir le visage déformé, bleu, gonflé, manger de la soupe pendant deux jours et supporter les rages de dent… Ca ne donne pas vraiment envie d’y passer. Et pourtant, il faut bien parfois. Les internautes racontent comment ils ont vécu leur(s) opération(s).
  Envoyer Imprimer  

description brève de l'image
 
Photo © getty Images
 

L'extraction des dents de sagesse consiste à enlever les troisièmes molaires du haut et/ou du bas.

» La plupart du temps, elles sont extraites parce qu'elles risquent de perturber le bon alignement des dents à cause du manque de place. C'est ce qui est arrivé à Marc : "Vers mes quinze ans, le dentiste a vu, après m'avoir fait passer une radio pour une autre partie de la dentition, que mes futures dents de sagesse étaient mal positionnées et risquaient de poser des problèmes au moment de leur poussée. Il a donc conseillé d'en faire faire l'extraction sans tarder par un stomatologue." Et à Magali : "Suite à une radio dentaire, mon dentiste s'est aperçu que mes dents de sagesse étaient en train de sortir mais qu'elles n'auraient pas la place pour se loger dans ma petite mâchoire. Etant donné qu'elles poussaient mes molaires, il fallait agir rapidement !"
» Parfois, c'est parce qu'elles sont mal placées, incluses dans l'os, enclavées ou à l'origine de douleurs ou d'infections, comme en témoigne Sonia : "C'est moi qui ai demandé à être opérée. Mon dentiste a approuvé car mes dents étaient incluses et source de beaucoup de problèmes (douleurs, infections...)".
» Ou enfin, parce que les dents de sagesse sont trop cariées pour être soignées comme l'explique Tiphaine.

Le déroulement de l'extraction :
Généralement l'intervention se passe sous anesthésie locale au cabinet du chirurgien dentiste ou du stomatologue. Il arrive aussi, surtout lorsque les quatre dents de sagesse sont enlevées en même temps, que l'on procède à une anesthésie générale. Dans ce cas, une courte hospitalisation s'impose ainsi qu'une consultation préopératoire avec un anesthésiste. C'est ce qu'a choisi Cindy : "On m'a retiré les 4 en une seule fois. J'ai eu une anesthésie générale. J'ai préféré tout enlever d'un coup car j'avais peur que ça se passe mal et que j'appréhende une autre opération par la suite."
La durée de l'intervention est variable. Elle consiste en une incision de la gencive puis le dégagement de la dent en question. La plaie est ensuite refermée grâce à des fils chirurgicaux.
Bien que l'intervention soit courante, elle est souvent source de craintes. Nombre de patients arrivent avec la peur au ventre. Ce fut le cas pour Tiphaine lors de sa première intervention : "Je tremblais et avais du mal à respirer. La 1re fois ça été horrible, ça a duré longtemps, j'avais l'impression que le dentiste allait m'arracher la mâchoire ! La 2eme fois par contre, ça s'est fait vraiment vite (10 minutes) et sans difficultés, et surtout sans stress car j'ai senti rapidement que le dentiste était très compétent." D'autant plus, lorsque l'extraction présente des risques comme pour Sonia : "Je n'appréhendais pas l'opération en elle-même, mais plutôt le fait que l'une des dents se trouvait dans une position défavorable par rapport au nerf... Le chirurgien m'avait averti qu'il existait un risque de léser le nerf, voire de le sectionner !" Mais rassurez-vous la plupart du temps, tout se passe très bien et sans douleur, comme l'explique Valérie : "J'avais une légère appréhension qui s'est avérée totalement infondée car je n'ai rien senti : la seule sensation désagréable a été l'engourdissement de la mâchoire suite à l'anesthésie locale."

Et après ? Les suites opératoires sont différentes selon les personnes et selon les interventions :
Cindy : "je n'ai pas été très enflée, j'avais juste de "bonnes joues" ! Bien sûr, j'ai mangé de la compote et de la purée pendant 15 jours pour être sûre que je ne casse pas un fil. De plus, je me nettoyais la bouche avec une poire pour enlever les résidus ".
Magali : "si je n'ai quasiment pas gonflée ni bleuie (donc esthétiquement : parfait) le gros problème a été la douleur. Un mal de chien pendant 15 jours : insupportable, à s'en taper la tête contre les murs. Du coup, mes nuits ont été agitées avec des réveils fréquents et je devais rester allongée toute la journée (il n'y a que comme ça que je supportais). Même les anti-inflammatoires n'ont pas été assez efficaces. Côté alimentation : purée et soupe pendant 15 jours aussi. Il a été très difficile de reprendre une alimentation normale car la douleur était toujours présente. Enfin, une fois que je n'avais plus mal, il persistait une perte de sensation du côté droit de ma langue. Etant donné que ça ne passait pas, je suis allée consulter mon ostéopathe qui m'a remis la mâchoire en place (elle avait été décalée et comprimait un nerf). Ceci dit, tout est rentré dans l'ordre, je n'ai pas de séquelles. C'était un mauvais moment à passer pour moi mais les réactions sont différentes d'une personne à l'autre".
Marc : "la cicatrisation a été très rapide, sans trop de gêne pour manger (il suffisait de mastiquer du côté non opéré) et un analgésique efficace m'a évité de beaucoup souffrir".

Après l'intervention, le dentiste vous remet une feuille avec toutes les indications à suivre : appliquer de la glace sur la joue, évitez les boissons et aliments trop chauds, se reposer, prendre les médicaments prescrits par le médecin, faire des bains de bouche au bout de 48h, etc. Dans la plupart des cas, tout se passe. Au moindre problème : saignements, douleurs qui persistent malgré le traitement, joue anormalement bleue… il faut contacter le dentiste directement. De plus, même si l'extraction se fait en anesthésie locale, prévoyez un arrêt de travail.

Voir tous les témoignages

Témoignez vous aussi


Magazine Santé Envoyer Imprimer Haut de page
A VOIR EGALEMENT
Votre avis sur cette publicité

Sondage

Etes-vous prêt à acheter des médicaments sans ordonnance en grande surface ?

Tous les sondages