Bridge, dentier, implant dentaire : tout pour s'y retrouver L'implant, la prothèse qui se rapproche le plus des vraies dents

Plus récente, la technique de l'implant dentaire peut être très intéressante, pour peu qu'on ait de l'argent et du temps. Elle est indiquée lorsqu'il ne reste rien de viable de la dent. On peut alors la remplacer par une fausse racine et une fausse dent, qui seront implantées dans la mâchoire, comme les vraies.

l'implant se constitue d'une racine en titane et d'une fausse dent en céramique.
L'implant se constitue d'une racine en titane et d'une fausse dent en céramique. © Mis Implants Technologies Ltd

Cependant, mieux vaut ne pas avoir peur du dentiste pour passer par là ! "Il ne s'agit pas d'une opération lourde à proprement parler, puisqu'elle est le plus souvent réalisée dans le cabinet du chirurgien-dentiste, sous anesthésie locale", explique Joseph Lipowicz. Mais elle reste relativement impressionnante et sérieuse.

En effet, une fois les examens préliminaires réalisés, le chirurgien-dentiste va commencer par aller planter une fausse racine en titane dans l'os de la mâchoire. Puis il va refermer la gencive. Il faut alors patienter quelque temps avant de passer à l'étape suivante : l'os de la mâchoire doit se reformer autour de la racine en titane, afin qu'elle fasse partie intégrante de la mâchoire et soit solidement accrochée. "En moyenne, cela prend 4 mois pour la mâchoire du bas et plutôt 6 pour celle du haut, dont l'os est plus poreux", commente le Dr Lipowicz.  

Une fois cette étape terminée, le dentiste va pouvoir placer les dents, en céramique, sur les racines en titane. Elles peuvent être clipées ou vissées sur les racines. Votre nouveau sourire est prêt.

Rassurez-vous, entretemps, vous ne restez pas avec un trou béant dans la bouche. Des solutions temporaires sont trouvées, souvent une prothèse provisoire fixée sur l'implant.

Aujourd'hui, des techniques permettent de fixer aussitôt les vraies dents sur les racines mais, sans avoir de chiffres précis, il semble que le taux d'échec soit plus important que lorsqu'on attend que la racine soit bien intégrée (auquel cas, le taux d'échec est de l'ordre de 2 %).

Pour qui ?

Encore une fois, cette technique n'est pas indiquée chez les enfants, dont la mâchoire n'a pas fini de grandir. Elle est adaptée à partir de 18 ans et sans limite d'âge, seul l'état de santé du patient entrant alors en ligne de compte.

En revanche, il est nécessaire d'avoir un os suffisant au niveau de la mâchoire. Faute de quoi, il est possible de pratiquer une greffe osseuse avant la pose des implants. Mais cela augmente considérablement le coût de l'opération et le succès est moins évident que lorsque l'os est suffisant dès le départ.

Sommaire