Le bisphénol A abîmerait l'émail des dents

Une exposition précoce au bisphénol A altèrerait l'émail des dents, en particulier chez les enfants de 6 à 8 ans, selon des chercheurs de l'Inserm.

Le bisphénol A abîmerait l'émail des dents
© Subscription - Fotolia.com
Utilisé pour la fabrication industrielle de matière plastique et de résines, le bisphénol A est omniprésent dans notre quotidien : récipients alimentaires (bouteilles et biberons), films de protection à l'intérieur des canettes et des boîtes de conserve... De récentes études avaient déjà révélé un certain nombre d'effets néfastes induits par ce composé chimique, notamment sur la reproduction, le développement et le métabolisme d'animaux de laboratoire. Ce composé chimique pourrait également fragiliser les dents. Telle est la conclusion des travaux d'une équipe de chercheurs de l'Université Paris-Diderot et de l'Inserm. Publiée dans l'American Journal of Pathology, cette étude a consisté à traiter des incisives de rat avec de faibles doses journalières de bisphénol A. Les chercheurs ont alors observé des tâches anormales sur les dents des rongeurs. Au niveau microscopique, ils ont pu constater une quantité importante de deux protéines essentielles à la formation des dents : l'énaméline, nécessaire à l'élaboration de l'émail et l'albumine, qui en excès, traduit un manque de minéraux. Une analyse qui présente des caractéristiques communes avec une pathologie de l'émail, appelée MIH, qui touche 18 % des enfants de 6 à 8 ans et qui se manifeste par l'apparition fréquente de caries et une hypersensibilité des dents à la douleur. "Dans la mesure où le bisphénol A aurait le même mécanisme d'action chez le rat et chez l'homme, il pourrait être un agent causal du MIH", précise Sylvie Babajko, directrice de recherche de l'Inserm et co-auteur de l'étude.
Déjà interdit depuis 2011 pour la fabrication et la commercialisation des biberons en Europe, le bisphénol A devrait être banni des contenants alimentaires en France à partir de juillet 2015.