Implants, prothèses... Bientôt des innovations chez votre e-dentiste !

Les avancées technologiques s’emparent de notre quotidien… y compris chez notre dentiste ! Quelles sont ces nouvelles pratiques et comment vont-elles améliorer les soins dentaires ?

Implants, prothèses... Bientôt des innovations chez votre e-dentiste !
© rh2010

Voir les radios de votre mâchoire sur une tablette tactile, choisir sur un logiciel la future position de vos dents ou encore voir se construire en dix minutes une prothèse en céramique qui viendra immédiatement boucher le trou laissé par une carie : les avancées numériques envahissent déjà les cabinets de nos dentistes, et n’ont pas fini de nous surprendre ! L’utilisation des techniques numériques "ouvre la voie à une nouvelle pratique de la médecine bucco-dentaire, […] plus anticipatrice sur le long terme et plutôt restauratrice", se targue ainsi l’Association Dentaire Française (ADF) dans un communiqué.

Se passer de la pâte molle pour les empreintes... La caméra intra buccale, aussi appelée caméra-stylo – puisqu’elle en revêt la taille et la forme –permet des observations buccales extrêmement précises. Premier intérêt de cette caméra : la prise d’empreinte pour la fabrication de prothèses dentaires mais aussi dans le cadre d’un traitement orthodontique : "la caméra intra buccale est introduite dans la bouche des patients, génère un fichier informatique qui est transmis à un logiciel, puis à une machine à commande numérique dans un cabinet dentaire, un centre de fabrication ou un laboratoire de prothésiste", détaille le docteur Paul Cattanéo, chirurgien-dentiste à Paris et référent pour les nouvelles technologies auprès de l’ADF. Cette nouvelle méthode de prise d’empreinte permet d’éviter l’utilisation de pâtes molles, moins précises et "de mauvais goût, pouvant donner la nausée" précise l’ADF. Le deuxième intérêt réside dans la capacité de cette caméra à définir la bonne nuance de teinte des dents,  pour ne pas avoir une prothèse qui dénote par sa différence de coloration. En effet, "ces caméras sont équipées de spectrocolorimètre et visualisent donc les différentes teintes des dents ! C’est une avancée considérable car cela diminue le coût grâce à l’utilisation d’un seul matériel pour la prise d’empreinte et la teinte, en mutualisant les technologies", observe le docteur Cattanéo. Enfin, dernier avantage à cette nouvelle technologie : la consultation à distance. En effet, la caméra peut être utilisée par exemple par un infirmer, qui transmet les données à un centre référent pour "qu'il décide s’il est nécessaire de faire déplacer le patient pour réaliser des soins", explique l’ADF. Une facilitation considérable de l’accès au soin pour "les personnes âgées, handicapées ou encore pour la population carcérale", selon le docteur Cattanéo.

Et si on oubliait les couronnes ? Le Cone Beam est une nouvel appareil d'imagerie en trois dimensions  qui permet de visualiser la totalité des structures de la mâchoire. Un des avantages est qu’il "diminue les irradiations reçues par le patient", par rapport aux traditionnelles radiographies souligne le docteur Cattanéo. Par ailleurs, les images scannées ainsi obtenues et visibles immédiatement sur une tablette ou sur un ordinateur présentent une haute qualité qui permet une meilleure compréhension des potentielles pathologies. Gérées avec un logiciel adapté, ces images optimisent par exemple la pose d’implant : "le cone beam permet de faire des simulations en prévisions d’implants, pour prévoir le besoin  d’une greffe osseuse préalable. Les soins sont simplifiés. C’est quelque chose de magique pour des gens qui étaient en souffrance depuis des années !" dévoile le docteur Régis Nègre, chirurgien-dentiste à Rodez, dans l’Aveyron. De même, cette observation précise des os de la mâchoire et les simulations possibles sur les images 3D constituent un avantage considérable pour l’orthodontie, notamment pour les adultes. "En effet, il faut avant tout protéger la position des dents dans la masse osseuse" explique le docteur Christian Moussally, praticien libéral et chargé d’enseignement à la Faculté de chirurgie dentaire de Paris Descartes. "Le Cone beam permet de visualiser comment déplacer les dents en faisant en sorte qu’elles restent toujours dans la masse osseuse : le traitement est alors de meilleure qualité, et les risques de séquelles (déchaussement, mobilité des dents) est moindre" développe-t-il. Ces techniques autorisent une meilleure préservation tissulaire, c’est-à-dire la préférence d’interventions les moins mutilantes possibles telles que l’orthodontie plutôt que la mise en place de couronnes par exemple et justifient la formule chère au docteur Moussally : "redonner le sourire sans implant ni couronne !"

Soigner une carie en 1 séance au lieu de 3. Grâce aux nouvelles technologies dont est équipé le cabinet du docteur Régis Nègre, la réparation d’une carie a lieu en une seule séance, contre deux ou trois habituellement. La première étape est celle de la compréhension du problème, et passe aussi par les outils numériques : "grâce aux sites internet des cabinets, le patient s’informe déjà chez lui sur les traitements qu’on va lui proposer. Chez le dentiste, sur la tablette, le patient peut suivre les soins, comprendre grâce à des schémas simples", raconte le docteur Régis Nègre. Puis "la bouche du patient est scannée par Cone Beam, transmise à un logiciel qui permet de simuler une prothèse idéale pour remplacer le trou laissé par la carie. Le patient peut choisir entre les différentes solutions en visualisant les rendus finaux", détaille le docteur Rodezien. Dernière étape : "l’ordre est envoyé à l’usineuse : sur un bloc en céramique, la machine sculpte la prothèse avec une précision de 10 à 15 micromètres (avec des détails jusque sept fois plus fins que le diamètre d’un cheveu !). La prothèse est ensuite collée sur la dent du patient." Une rapidité d’action qui offre l’avantage certain de diminuer le nombre de rendez-vous chez le dentiste, ce qui ne sera pas pour déplaire à beaucoup d'entre nous !

Des imprimantes 3D bientôt au service de vos dents. L’impression d’organes ou d’objets en 3D pour améliorer la médecine commence peu à peu à devenir une réalité. "Très prochainement, des fabrications rapides, performantes, et moins coûteuses qu’aujourd’hui de couronnes en 3D sera possible", révèle le docteur Paul Cattanéo. Ces impressions permettront une adaptation parfaite à la bouche du patient. "Actuellement, l’impression 3D permet déjà de réaliser des répliques de la mâchoire de patient, reproduisant son anatomie exacte permettant au chirurgien-dentiste de tester et sécuriser ses différentes stratégies de traitements", explique le docteur Cattanéo.

La brosse à dent connectée, kesako ? Une innovation permet d’inviter votre dentiste dans votre salle de bain : la brosse à dent connectée ! Celles-ci sont électriques, disposent d’un capteur intégré et sont reliées à votre smartphone. Ainsi, "quand vous vous brossez les dents, elle évalue la qualité du brossage et repère les endroits mal brossés", explique le docteur Paul Cattanéo. Certaines applications permettent même d’associer le brossage des dents à des jeux, éléments de motivation convaincants et pédagogiques pour les jeunes patients. Le capteur de la brosse à dent enregistre les données du brossage et les résultats peuvent même être transmis à votre dentiste ! Une avancée dont les dérapages ne sont cependant pas à prendre à la légère : "la communication avec le praticien est intéressante, surtout qu’il s’agit ici de données peu sensibles. Mais il faut rester vigilant, ce n’est pas le cas dans tous les domaines médicaux. C’est pourquoi un premier objectif est de développer des applications totalement sécures", insiste le docteur Paul Cattanéo... De manière à ce que votre brosse à dent ne devienne pas le nouveau Big Brother !

Lire aussi