Infarctus, AVC : c'est aussi une affaire de femmes 8 conseils pour un coeur en forme

Manger mieux. Des fruits et légumes tous les jours, du poisson 2 ou 3 fois par semaine, moins de boissons sucrées et de sucreries entre les repas, moins de matières grasses... L'idée est de mieux équilibrer ses repas et de prendre son temps pour manger afin de diminuer la sensation de faim. 

Se bouger. Combien ? au minimum 30 minutes chaque jour. Quelle activité ? de la marche à pied, du vélo, de la natation, de l'aquagym, etc. Et bien sûr, de bons réflexes comme celui de prendre les escaliers plutôt que l'ascenseur ou les transports en commun plutôt que sa voiture.

Ne pas fumer. C'est LA chose la plus importante pour la santé du cœur ! Reste à trouver une bonne raison et choisir le bon moment pour arrêter. N'hésitez pas à vous faire aider aider par un tabacologue ou tout autre professionnel de santé.

Moins d'alcool. Parce que l'alcool peut endommager le muscle cardiaque, il faut limiter les risques. Donc pas plus de deux unités d'alcool maximum par jour pour une femme (une unité = 10 cl de vin ou 25 cl de bière). 

Moins de stress. Pas facile d'y échapper quand on jongle entre vie professionnelle et vie familiale. Pourtant, on le sait, le stress abîme les artères. Au mieux, il faut essayer d'identifier les situations qui génèrent du stress afin de les anticiper et les éviter. On peut aussi faire appel à diverses techniques de gestion du stress : relaxation, respiration, sophrologie, psychothérapie, etc. A savoir : le rire est un puissant anti-stress. Abusez-en !

Réduire le sel. Pour éviter l'hypertension artérielle, on oublie la salière à table et on limite les plats préparés, la charcuterie et le fromage. Pour conserver des plats savoureux, pensez aux herbes, aromates et épices.

Pas de contraception avec des œstrogènes de synthèse si l'on fume après 35 ans. Changer absolument de moyen de contraception... et se faire aider pour stopper la cigarette !

Voir son médecin et demander des examens. Contrôler sa tension une fois par an et réaliser un bilan sanguin aux moments-clés de sa vie hormonale (contraception, grossesse), puis tous les 2 ans à l'approche de la ménopause. 

Sommaire