8 chiffres à connaître pour prévenir l'infarctus 80 % des victimes de moins de 45 ans sont des fumeurs

arrêter totalement de fumer : un geste essentiel qui réduit le risque
Arrêter totalement de fumer : un geste essentiel qui réduit le risque cardio-vasculaire. © Olivier Le Moal - Fotolia.com

Même si 23 % des Français pensent que les fumeurs ne sont pas plus touchés par l'infarctus que les non fumeurs, il n'empêche que c'est bien une réalité, quel que soit l'âge et même si le tabagisme est récent. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 80 % des victimes d'infarctus de moins de 45 ans sont des fumeurs ! De plus, fumer multiplie par 3 environ le risque d'avoir un jour un infarctus.

En raison des substances toxiques que contient le tabac, en particulier le monoxyde de carbone, qui se fixe sur les globules rouges à la place de l'oxygène, le cœur est moins bien oxygéné quand on fume. En conséquence, le muscle cardiaque doit pomper davantage de sang pour maintenir un apport en oxygène et donc il se fatigue plus rapidement. Par ailleurs, le monoxyde de carbone favorise la formation de caillots sanguins et fragilise la paroi des vaisseaux, qui deviennent moins souples. Lorsqu'une artère coronaire ne se dilate plus normalement, elle peut alors provoquer un infarctus.

Pourquoi arrêter de fumer ?

L'arrêt du tabac est le geste le plus bénéfique en termes de réduction des risques cardiovasculaires. Qui plus est, les effets sont visibles très rapidement, dans les heures qui suivent l'arrêt du tabac.

Sommaire