8 chiffres à connaître pour prévenir l'infarctus Toutes les 40 minutes, une personne meurt d'un infarctus

dans 90 % des cas la douleur de l'infarctus siège dans la poitrine.
Dans 90 % des cas la douleur de l'infarctus siège dans la poitrine. © Dron - Fotolia.com

C'est l'un des trois messages clés de la campagne d'information 2011 "Infarctus : une question de vie". L'infarctus est en effet une maladie très fréquente, même si 69 % des Français disent ne pas avoir trop envie d'y penser et qu'ils la craignent davantage pour leurs proches (47 %) que pour eux-mêmes (31 %).  

Par ailleurs, l'étude Ipsos-AstraZeneca montre bien que les Français sont dans l'ensemble très mal informés. "Ils sont seulement 45 % à évoquer spontanément la douleur dans la poitrine comme principal signe d'alerte de l'infarctus" déplore le Pr Hagège de la Société française de cardiologie.

La douleur, comment la reconnaître ?

Le plus souvent (9 patients sur 10), l'infarctus est annoncé par une douleur que l'on appelle douleur thoracique. "Il s'agit d'une douleur au milieu du thorax, derrière le sternum, accompagnée d'une impression de serrement ou de brûlure. Elle irradie parfois vers les épaules et dans les bras ou vers les mâchoires. Classiquement, cette douleur est violente et intense", décrit le Dr Hanssen du Collège national des cardiologues des hôpitaux généraux.

Il arrive même que la douleur irradie jusque dans le dos ou l'estomac. En effet, lorsque l'infarctus touche la partie inférieure du cœur, donc proche de l'estomac, la douleur peut se propager vers cette zone et faire penser à un trouble digestif.

Sommaire