Prendre soin de sa tension pour protéger son cerveau L'hypertension, un facteur de risque d'Alzheimer ?

Actuellement, selon les chiffres officiels de l'Institut de veille sanitaire (Invs), il y a 10,5 millions d'hypertendus traités en France. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a que 10,5 millions d'hypertendus. En réalité, ce chiffre est bien plus élevé car il existe un certain nombre non négligeable d'hypertendus qui s'ignorent.

"L'hypertension artérielle (HTA) est que c'est une maladie qui a tendance à être banalisée, considérée comme normale, sans risques particuliers, que tout le monde peut avoir un jour ou l'autre. Ainsi, l'un des problèmes majeurs avec l'HTA est que de nombreuses problématiques qui en découlent ne sont pas ou peu connues. Ses relations avec les troubles cognitifs notamment sont totalement ignorées" déclare Jean-Jacques Mourad, président du Comité Français de Lutte contre l'hypertension artérielle.

Parallèlement, on comptait dans l'hexagone un million de personnes atteintes de démence en 2003. "La question centrale est donc de savoir si l'on peut diminuer le risque de développer la maladie d'Alzheimer avec des hypotenseurs, ajoute le Dr Mourad. Pour le savoir, une étude a été réalisée : on a suivi des hypertendus sur des années. En les traitant pour cette pathologie, nous avons voulu voir si la fréquence des troubles cognitifs était moins élevée. Et, bonne nouvelle, les résultats vont effectivement dans ce sens : on observe chez ces patients de 20 % à 30 % de démences en moins par rapport à des personnes non traitées. Mais ces études n'ont été menées que sur de courtes durées (4 ans). Il faudrait voir ce que cela donne sur plusieurs années."

Ainsi, l'un des seuls traitements préventifs d'Alzheimer dont on dispose actuellement consiste donc à soigner l'HTA. Cela amène à une reconsidération des traitements préventifs et symptomatiques de cette maladie.

Une étude canadienne parue dans le très sérieux Canadian Medical Journal Association, s'est penchée sur les moyens de prévenir la maladie d'Alzheimer. Pour cela, les auteurs ont épluché des centaines d'études sur le sujet parues entre janvier 1996 et décembre 2005. Il en ressort que l'un des meilleur et seul, moyens de prévenir Alzheimer est de bien contrôler les facteurs de risques cardiovasculaires, au premier rang desquels l'hypertension. Par contre, l'hygiène de vie et les traitements médicamenteux semblent n'avoir que peu d'incidence sur le développement de la maladie.

Selon de nombreuses études scientifiques très sérieuses et s'étendant sur plus de 25 ans, le statut tensionnel entre 40 et 50 ans déterminerait le risque de démence vers 60/70 ans.

 

Sommaire