Cholestérol et accidents cardiovasculaires : les femmes aussi Les hormones protègent la femme... Jusqu'à la ménopause

les femmes sont protégées jusqu'à la ménopause des risques d'accidents
Les femmes sont protégées jusqu'à la ménopause des risques d'accidents vasculaires. © Deklofenak - Fotolia

Si les accidents circulatoires comme l'infarctus sont parfois vus comme des problèmes masculins, c'est en partie faux. En effet, les hommes ont plus de risque d'en souffrir à partir de 55 ans, principalement lorsqu'ils ont une mauvaise hygiène alimentaire et font peu d'activité physique. Mais les femmes ont les mêmes risques après 60 ans. Avant, elles sont en partie protégées par leurs hormones.

Les hormones féminines sécrétées de la puberté à la ménopause protègent en partie les femmes des risques de maladies cardiovasculaires. Les sécrétions d'œstrogènes diminuent le taux de LDL cholestérol ("mauvais" cholestérol) mais augmente aussi le taux de HDL ("bon" cholestérol). Résultat : les vaisseaux sanguins sont moins soumis aux plaques d'athérome et sont mieux protégés.

"C'est vrai lorsque les hormones sont sécrétées de manière naturelle en suivant les cycles de la femme. Mais sous contraceptif hormonal ce n'est pas une sécrétion naturelle : la protection est donc moindre, nuance le Dr Dervaux. C'est la progestérone qui est directement en cause : cette hormone est une hormone de stockage des matières grasses, le cholestérol y compris." 

C'est aussi pour cette raison que la femme enceinte court plus de risques d'accidents vasculaires si elle a un taux de cholestérol élevé : la progestérone sécrétée pendant la grossesse. Cette période augmente naturellement le taux de cholestérol afin de permettre au fœtus de grandir. Si le taux était déjà élevé, le risque augmente encore. C'est la raison pour laquelle on surveille régulièrement le taux de cholestérol pendant la grossesse.

Sommaire