AVC : agir vite pour limiter les séquelles L'hypertension multiplie par 10 le risque d'AVC

pr pierre amarenco.
Pr Pierre Amarenco. © DR

Qu'est-ce qu'un accident vasculaire cérébral ?

Il existe deux types d'accident vasculaire cérébral (AVC). Dans 80% des cas, l'AVC est provoqué par un caillot sanguin qui bouche une artère du cerveau. Il s'agit d'un AVC ischémique ou infarctus. Dans les 20% restants, c'est une hémorragie qui est en cause, on parle d'AVC hémorragique.

Comment un caillot peut-il boucher une artère du cerveau ?

Soit le caillot se forme localement dans le cerveau, soit il provient d'une artère plus éloignée. Dans ce dernier cas, le caillot se détache d'une plaque d'athérome, c'est-à-dire d'une couche de graisse qui s'accumule sur la paroi d'une artère. Le caillot peut provenir d'une artère du cou ou se former dans un recoin d'une cavité du cœur dans le cas d'une pathologie cardiaque.

Quelles sont les conséquences au niveau du cerveau ?

Que l'AVC soit du à un caillot ou à une hémorragie, les conséquences sont les mêmes, cela crée un barrage au niveau d'une artère. Le sang ne passe plus et l'artère ne peut plus irriguer correctement le cerveau afin de lui apporter les éléments nécessaires à son fonctionnement, comme l'oxygène ou le sucre. Résultat, la zone se mortifie, c'est-à-dire que les cellules de la zone concernée meurent progressivement. Les séquelles sont variables selon la zone touchée.

"Lorsqu'un AVC débute, il faut agir très rapidement, idéalement dans les trois heures qui suivent, pour limiter les séquelles."

Avant un AVC, existe-t-il des signaux d'alarme ?

Oui. Quelques jours, quelques heures, voire quelques minutes avant un AVC, des symptômes peuvent apparaître de façon transitoire. On les appelle des accidents ischémiques transitoires ou AIT. Par exemple, vous n'arrivez pas à serrer la main, à parler au téléphone ou à tenir un objet. C'est possible aussi de perdre la vue d'un œil. Cela peut être très court, parfois quelques secondes. Mais tous ces signaux constituent une urgence et il faut consulter immédiatement. Ensuite lorsqu'un AVC débute, il faut agir très rapidement, idéalement dans les trois heures qui suivent, pour limiter les séquelles.

Quels sont les facteurs de risque de l'AVC ?

Les pathologies cardiaques d'une part. Tout ce qui peut favoriser la formation de la plaque d'athérome dans les artères d'autre part. Et là les ennemis sont multiples : hypertension artérielle, hypercholestérolémie, tabagisme, diabète, sédentarisme, obésité...

Lequel faut-il surveiller en priorité ?

Le facteur de risque principal c'est l'hypertension artérielle. Une personne qui a de l'hypertension multiplie par 10 son risque d'AVC. Et si elle traite son hypertension, elle diminue son risque de 40% ! C'est dire s'il est important de bien traiter l'hypertension.

Quelle est la tension idéale ?

La tension doit rester inférieure à 14/9. A partir de cette valeur, un traitement est nécessaire. Mais le problème c'est que beaucoup d'hypertendus s'ignorent. Sur 15 millions de personnes qui ont de l'hypertension en France, la moitié ne le sait pas, et parmi les autres, seulement 30% sont traités correctement.

"Une personne qui fume et qui a en plus de l'athérosclérose, augmente son risque d'AVC, même si elle n'a que 35 ans !"

Quels autres conseils d'hygiène de vie donneriez-vous ?

Arrêter de fumer car le tabac est un vrai fléau pour les artères... Une personne qui fume et qui a en plus de l'athérosclérose, augmente son risque d'AVC, même si elle n'a que 35 ans ! En revanche, une personne qui s'arrête de fumer voit son risque d'AVC diminuer de moitié ! Ensuite, il faut surveiller son taux de cholestérol et sa glycémie, surtout lorsqu'il existe déjà des antécédents familiaux. Et puis, il faut entretenir son corps et faire du sport jusqu'à en mouiller son t-shirt ! Pas forcément longtemps mais régulièrement. L'idéal c'est de faire ? d'heure de sport deux à trois fois par semaine. Niveau alimentation, je conseillerais de manger le moins salé et le moins sucré possible. Et par exemple, de ne pas habituer les enfants à boire des sodas à longueur de journée !

Entretien réalisé par Anne Xaillé, mai 2006.

En savoir plus : http://www.attaquecerebrale.org

Sommaire