AVC : agir vite pour limiter les séquelles AVC : les témoignages

Pour poster un avis ou répondre à d'autres internautes de la communauté : Forum Santé

L'attaque cérébrale ou AVC peut toucher tout le monde, même les jeunes. Après le choc de l'accident, il faut parfois combattre et surmonter le handicap. Ces lectrices racontent.

"Le 28 Février 1997. Après que j'ai fait un infarctus du myocarde, l'interne qui me soignait a décidé qu'une coronagraphie devait être faite. Six jours après, j'ai fait un AVC sur la table d'opération. Tout mon côté droit était paralysé. Plus de mots, c'est une aphasie. Je suis restée pendant 2 mois et demi à l'hôpital et 8 mois dans une maison de reéducation.

Le bras et la jambe sont rééduqués mais l'aphasie, c'est une autre chose. Après 10 ans et demi, je suis suivie par un orthophoniste. Je reparle un petit peu, mais j'ai de la peine pour écrire, calculer et surtout lire. Je me sens isolée des autres. Je suis fatiguée. La conduite m'a été surprimée du fait de mon état général. Il faut me parler doucement et attendre que j'ai compris la question. Ma vie fut soudainement changée". Jacqueline

 

"Aujourd'hui, j'ai réussi à accepter mon corps "déformé" et mon moral est meilleur."

"J'ai eu mon AVC à 42 ans (jeune !), c'est arrivé sans prévenir. J'ai su après que le tabac en était en grande partie responsable... Au début ça été très difficile d'accepter car je ne m'y attendais pas : en pleine forme, très active, etc.

J'ai eu 10 mois de rééducation. Petit à petit j'ai trouvé la volonté de me battre et mes proches m'ont vraiment encouragée. Aujourd'hui, j'ai réussi à accepter mon corps "déformé" et mon moral est meilleur. Evidemment j'ai des moments de baisse de moral, des pertes de confiance en moi, une peur du regard des autres... Je suis suivie par une psychologue ce qui m'apporte beaucoup. Côté pratique, le plus difficile c'est de dépendre des autres pour beaucoup d'activités du quotidien. Mais il faut l'accepter. Et le plus beau c'est de voir les progrès réalisés chaque jour, c'est un vrai plaisir !". Cathy

Hypertension