Aprenez à gérer vos chutes de tension

Beaucoup moins grave que l'hypertension, l'hypotension peut tout de même se révéler gênante au quotidien. En l'absence de toute cause grave, quelques précautions suffisent pour réduire ces désagréables symptômes.

Ca commence par des petites étoiles devant les yeux, puis un voile noir se pose entre vous et votre environnement. Et soudain : plus rien. Ca ne dure que quelques secondes mais c'est impressionnant, pour celui qui le vit comme pour l'entourage. Le malaise provoqué par une chute de tension est la plupart du temps sans gravité, pour peu qu'on ne se casse rien en tombant.

Il survient surtout dans deux situations bien précises : lorsque l'on passe d'une position allongée à une position debout un peu trop rapidement, c'est l'hypotension orthostatique, ou après un repas, c'est l'hypotension postprandiale.
Dans le premier cas, c'est tout simple : le cerveau se retrouve brusquement plus haut que le cœur. Les lois de la gravité faisant leur œuvre, le cœur doit envoyer le sang avec plus de force pour qu'il arrive jusqu'au sommet de la personne debout. Il lui est parfois difficile de gérer cet effort supplémentaire à fournir dans un délai aussi court.
Dans le deuxième cas, c'est la digestion qui monopolise une bonne partie de l'énergie, et donc du sang, de l'organisme. La pression artérielle peut donc diminuer, provoquant un malaise.

S'adapter à sa basse pression

Il est possible d'empêcher ces malaises de se manifester trop souvent, en adoptant un comportement adéquat. 

 Lorsque vous vous levez du lit, allez-y progressivement. Commencez par vous étirer, puis asseyez-vous au bord du lit quelques instants avant de vous mettre debout. Ainsi, le corps a le temps de s'adapter à cette nouvelle position, plus contraignante pour le cœur.

 Après le repas, si vous en avez la possibilité, faites une petite sieste, pour que votre organisme n'ait que la digestion à gérer. Si vous ne pouvez pas dormir, essayez au moins de vous allonger quelques instants.

 Vous avez des varices ? Portez des bas de contention. En effet, au cours de la journée, le sang stagne au niveau des varices, dans les jambes, et peine à remonter jusqu'au cœur. La pression artérielle diminue, le malaise peut donc survenir plus facilement. Les bas de contention évitent que le sang ne stagne, la tension s'en trouve améliorée.

 Buvez beaucoup d'eau. Vous augmentez ainsi le volume sanguin et donc, potentiellement, la pression artérielle. Par contre, évitez l'alcool, qui a la faculté de dilater les vaisseaux et, par conséquent, de faire baisser la tension.

 Dans le même ordre d'idée : mangez plus salé. Le sel favorise la rétention d'eau, dans les artères notamment, augmentant du même coup la pression. Ceci dit, demandez d'abord l'avis de votre médecin : les Français ont tendance à manger plus de sel que recommandé et il peut être néfaste pour d'autres pathologies.


Détecter une cause sous-jacente
Bien que vous ayez suivi scrupuleusement tous ces conseils, vos malaises perdurent ? Il convient avant tout d'en parler à votre médecin pour éliminer toute cause sous-jacente. L'hypotension en elle-même n'est pas grave, au contraire. Les personnes hypotendues ont moins de problèmes cardiovasculaires que les hypertendus. Mais cette faible pression artérielle peut être révélatrice d'une pathologie plus grave, il faut donc consulter.

Expliquez également à vos proches ce qu'ils doivent faire quand vous vous effondrez : le mieux est de vous allonger correctement et de vous surélever les jambes, pour aider le sang à revenir jusqu'au cœur, pour qu'il puisse ensuite l'envoyer au cerveau. Attention, si vous ne revenez pas à vous en quelques secondes, vos proches doivent alerter les secours : tout malaise au saut du lit n'est pas forcément de l'hypotension.

En pratique

On considère généralement qu'un individu est hypotendu lorsque sa pression systolique (le premier chiffre annoncé, qui correspond à la force avec laquelle le cœur envoie le sang dans l'organisme) est inférieure à 10.

Hypertension / Vivre avec