AVC : prendre votre pouls peut vous sauver la vie

Un geste aussi simple que prendre son pouls permet de détecter une fibrillation atriale, une pathologie qui multiplie par 5 le risque de faire un AVC.

AVC : prendre votre pouls peut vous sauver la vie
© Ilya Andriyanov - 123RF

A l'occasion de la journée européenne de l'AVC, le dimanche 14 mai, France AVC et la Fondation Coeur et Artères, en partenariat avec Bayer, renouvellent leur campagne de sensibilisation à la prise de pouls. Ce geste simple est un moyen de dépister la fibrillation atriale qui demeure un facteur de risque majeur de l'accident vasculaire cérébral, notamment chez les seniors.

La fibrillation atriale est un trouble du rythme cardiaque qui multiplie par 5 le risque de faire un AVC. Elle touche 1 % de la population française, et 70 % des personnes atteintes ont entre 65 et 85 ans. Le problème de cette pathologie est qu'elle est silencieuse chez 1 personne sur 3, à savoir sans symptôme. Très souvent, elle survient après un épisode de bronchite ou de rhume. Fatigue, essoufflement, palpitations… Ces symptômes, qui semblent banals, peuvent être les signes d'une FAI. Mais surtout, c'est la détection d'un pouls irrégulier qui doit alerter. "Le cœur bat naturellement entre 60 et 90 fois par minute, de manière régulière. De temps en temps, un autre chef d'orchestre vient prendre la place du premier et bat très mal la mesure, de façon anarchique. Au niveau du cœur, un tourbillon se produit, le sang ne coule plus de façon fluide risquant de provoquer des caillots. Un de ces caillots peut partir dans la circulation et venir bloquer une artère en aval, notamment dans le cerveau. Une partie du cerveau n'est alors plus irriguée provoquant un accident vasculaire cérébral , explique le Dr Stéphane Krief, médecin généraliste à la maison de santé pluriprofessionnelle Les Allées, à Corbeil-Essonnes. 

La prise de pouls : un geste simple qui peut sauver la vie. Afin de détecter une anomalie dans son rythme cardiaque il faut donc prendre son pouls régulièrement. Mais comment faire ? Damien Nicolini, infirmier explique que la marche à suivre : "en plaçant la tête bien en arrière, le patient vient appliquer l'index et le majeur sur la carotide - au niveau du cou - ou alors au niveau du poignet. Le patient va donc percevoir les pulsations de son cœur et évaluer le rythme." Pour une personne normale, il n'est pas trop rapide et est espacé de façon égale. Mais, dès qu'il devient décousu, anarchique, il faut consulter rapidement un médecin. 

Chaque année, 40 000 décès sont dus à un accident vasculaire cérébral. Les signes caractéristiques d'un AVC sont rappelés dans un spot de prévention d'AVC Vite le 15 (vidéo ci-dessous). Rappelons que plus vite une personne faisant un AVC est prise en charge, plus ses chances de survie augmentent.


Lire aussi