AVC : comment s’en protéger ?

Soudain et imprévisible, l’AVC frappe un Français toutes les 4 minutes. Les femmes sont même de plus en plus exposées. Quels sont les facteurs de risque ? Quels sont les signes avant-coureurs ? Réponses.

AVC : comment s’en protéger ?
© Kzenon - Fotolia.com

Avec 150 000 nouveaux cas et 60 000 décès chaque année, 
les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) représentent la troisième cause de mortalité après les cancers et les infarctus du myocarde et la première chez les femmes (devant le cancer du sein). L'AVC est une course contre la montre où chaque minute compte. Pourtant des inégalités existent dans la prise en charge de cette urgence médicale. 

L'AVC fait désormais davantage de victimes féminines : 54 % des personnes qui décèdent d’un AVC sont des femmes. Une nouvelle tendance qui s’explique par une évolution de leur mode de vie (contraception, tabagisme, stress…). Par ailleurs, les handicaps qui sont malheureusement souvent la conséquence d’un AVC semblent plus sévères chez les femmes. 

Quels sont les signes de l'AVC L’AVC frappe sans prévenir un Français toutes les 4 minutes et risque de se reproduire chez 30 à 40% des patients dans les 5 ans suivant le premier AVC. Alors, pour réduire au maximum les risques de séquelles, voire de décès, il est indispensable de connaître les signes d’un AVC. Paralysie du visage, faiblesse ou engourdissement d'un bras ou d'une jambe, troubles de la parole... Si l'un de ces signes apparaît de façon brutale, il faut faire le 15 au plus vite. "Une déviation de la bouche ou du visage, une faiblesse du bras ou de la jambe, des difficultés pour s’exprimer, Il faut immédiatement appeler le 15 pour déclencher les secours qui vont adresser le patient dans un établissement de santé où il pourra être pris en charge rapidement. Des traitements existent pour essayer de déboucher l’artère du cerveau mais avec des délais de mise en route très courts, 6 heures au maximum", avait expliqué le Dr Rouanet, neurologue au CHU de Bordeaux, à l'occasion de la journée mondiale contre l'AVC, le 29 octobre dernier.

Pilule, tabac, migraine : la triade explosive. En outre, il est possible d'agir en amont de l'AVC, en adaptant son mode de vie. Le facteur de risque numéro 1 est l'hypertension artérielle. Le tabagisme, le surpoids, la sédentarité, le diabète, l'excès de cholestérol sont également impliqués. Chez les femmes en particulier, attention à la triade explosive "pilule, migraine, tabac", avait encore rappelé le Pr Mathieu Zuber, chef du service de neurologie et neuro-vasculaire du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, dans un précédent dossier sur l'AVC

A voir mardi soir sur France 5, un documentaire de Marie Bonhommet "AVC : le temps est compté", suivi d'un débat en direct animé par Marina Carrère d'Encausse, Michel Cymes et Benoît Thevenet.
"Enquête de santé", Mardi 7 juin à 20h45.

Lire aussi