Les pollens de bouleau envahissent la France

Avec les beaux jours viennent les allergies aux pollens. Cette semaine, les pollens de bouleau et de platane se partagent le travail.

Les pollens de bouleau envahissent la France
© Rüdiger Rebmann - 123 RF

Cette semaine, les pollens de bouleau sont responsables de risques allergiques élevés à très élevés dans le Sud-Est et dans la moitié Nord du territoire. Les pollens de platane ne sont pas non plus en reste : ils se propagent dans le Sud de la France où ils sont responsables d'un risque allant de moyen à très élevé.

Moins gênants que les pollens de bouleau, les pollens de charme sont aussi de la partie, détaille le bulletin allergo-pollinique du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA). En Alsace ils sont responsables d'un risque élevé, et d'un risque moyen à élevé du Nord Pas de Calais à la Savoie. Les risques allergiques sont faibles à très faibles sur le reste du territoire. Dans le Sud-Ouest, les pollens de chêne gagnent du terrain avec des risques allergiques allant de faible à moyen.

Sur la côte Atlantique les pollens de graminées arrivent doucement. Néanmoins, ils ne sont associés qu'à des risques allergiques très faibles ou faible. Attention cependant aux mûriers qui sont en pleine pollinisation. Leurs pollens pourraient bien causer des problèmes dans les jours à venir. Enfin, la Bretagne (à l'exception du département de l'Ille et Vilaine), le département des Hautes-Alpes et Andorre sont presque épargnés, les risques allergiques y sont faibles. 

Les personnes allergiques devront donc s'armer de patience et de mouchoirs en attendant que la pluie leur accorde un peu de répit. 

Quelques astuces. Si vous souffrez d'allergies aux pollens, un réflexe : vous renseigner sur les pics de pollen sur le site du RNSA. Pensez par ailleurs à vous rincer les cheveux le soir avant de vous coucher, évitez de faire sécher votre linge en extérieur ou encore de rouler avec la fenêtre ouverte. En cas de forte gêne, consultez votre médecin afin qu'il vous prescrive des antihistaminiques pour calmer les symptômes. 

Carte de vigilance des pollens (du 15 au 22 avril 2016) © RNSA

Lire aussi