Allergie aux acariens : bientôt un vaccin ?

Des chercheurs ont mis au point un vaccin contre les réactions allergiques aux acariens. Un nouvel espoir pour les 3 millions d’asthmatiques français.

Allergie aux acariens : bientôt un vaccin ?
© Remains

L’allergie aux acariens pourra-t-elle être bientôt endiguée grâce à un vaccin ? C’est ce que laissent espérer les récents travaux coordonnés par le professeur Antoine Magnan, pneumologue au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nantes et chercheur à l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm). En collaboration avec des chercheurs de l’Institut National de le Recherche Agronomique (INRA) et des chercheurs autrichiens de l’Université de Vienne, l'équipe du professeur Magnan a réussi à développer un vaccin permettant de diminuer les allergies aux acariens.

Les expériences ont été menées sur des souris rendues volontairement asthmatiques et sensibles aux acariens. Les résultats publiés dans la revue scientifique Journal of Allergy and Clinical Immunology sont sans appel : alors que les souris asthmatiques non vaccinées présentent une obstruction marquée des bronches en présence de l’allergène, la réactivité des poumons des souris asthmatiques vaccinées est normale. Ce nouveau vaccin permet ainsi de diminuer la réaction allergique inflammatoire aux espèces d’acariens habituellement présentes dans les moquettes et la literie. Concrètement, le système immunitaire, en charge de défendre l’organisme, a été "averti" par le vaccin et ne réagit donc plus à cette stimulation.

Un espoir pour 3 millions d’asthmatiques en France. Même s’il s’agit d’un premier essai, et qu’une dizaine d’années supplémentaires seraient nécessaires pour mettre au point un vaccin applicable aux humains, l’Inserm estime sur son site qu’il s’agit d’une "option thérapeutique très intéressante pour enrayer la progression de l’asthme, en particulier chez les enfants à risque." En effet, l’allergie aux acariens concerne 70 à  80 % des adultes asthmatiques et 95 % des enfants, et peut être le facteur déclenchant de crises d’asthme sévères, parfois même létales. Actuellement, la désensibilisation constitue le seul traitement efficace contre les allergies respiratoires et consiste en une confrontation régulière et sur plusieurs années du patient à une légère dose d’allergène pour y habituer le système immunitaire. Néanmoins, cette technique ne permet pas de guérison totale.

En Vidéo : comprendre les allergies

Lire aussi