La pollution "verte" progresse

La pollution "verte" progresse. © Celeste Clochard - Fotolia.com

Selon le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) la quantité de pollens ne cesse d’augmenter dans les villes depuis une vingtaine d’années. De plus, le nombre de jours présentant un risque allergique élevé s’est également accru : la période de pollinisation est passée de 10 à 20 jours sur la même période. Or, les villes soucieuses de préserver des espaces verts, plantent toujours plus d’arbres, la plupart du temps des graminées, appartenant aux espèces les plus allergisantes… On parle désormais de "pollution verte" pour évoquer l'exploitation de nouvelles espèces végétales qui libèrent de nouveaux pollens. La plantation en masse de cyprès dans le sud de la France a notamment contribué à augmenter les périodes de pollinisation dans cette région. On peut aussi citer l'exemple très parlant du Japon : il y a 30 ans, le cèdre était exploité pour la construction des maisons. Aujourd'hui, les maisons ne sont plus en bois et la quantité de pollens de cèdres est rejetée en masse dans l'atmosphère. Et le nombre d'allergiques n'a jamais été aussi important...