Mythomanie

Mythomanie : quand le mensonge devient pathologique

Il arrive à tout le monde d'user de petits mensonges dans la vie quotidienne. Au travail, en famille, les secrets sont nombreux. Toutefois, ces petites déformations de la vérité évoluent parfois en véritable pathologie : c'est la naissance de la mythomanie. Zoom sur ce trouble mental à l'origine de bien des souffrances.

Quand peut-on parler de mythomanie ?

Vous avez annoncé à votre collègue que vous avez passé un super week-end en amoureux alors que votre bien-aimé vous a fait faux bond et que vous avez pleuré durant deux jours ? Pas de panique, vous ne souffrez pas de mythomanie ! Tout le monde est amené, un jour ou l'autre, à user de petits mensonges pour dissimuler la vérité. La mythomanie, en tant que trouble mental, a été identifiée au XXe siècle par le psychiatre Ernest Dupré. La personne mythomane raconte des mensonges de manière impulsive afin de s'inventer une vie extraordinaire. Par exemple, certains s'imaginent un passé d'aventuriers tandis que d'autres prétendent occuper un poste à très hautes responsabilités. Si les mythomanes ont conscience du caractère parfois rocambolesque de leurs mensonges, ils sont incapables de l'admettre et ne peuvent s'empêcher de vivre dans le déni.

Mythomanie : des causes incertaines

De nombreux spécialistes de la santé mentale ont étudié le besoin maladif de s'inventer une nouvelle vie. Si les mécanismes qui sous-tendent la mythomanie sont encore flous, plusieurs psychiatres s'accordent pour dire que ce trouble mental vient d'un traumatisme précoce, ainsi que d'un manque d'estime et de confiance en soi.

Mythomanie : une guérison compliquée

Le traitement de la mythomanie est particulièrement compliqué. En effet, les médicaments antidépresseurs se révèlent inefficaces, et la psychothérapie est quant à elle compromise par les mensonges récurrents du/de la mythomane qui refuse d'admettre qu'il/elle a un problème.