Lutte anti-tabac : vers de nouvelles mesures ?

Première cause de mortalité en France, le tabac tue 200 individus par jour et fait perdre en moyenne 10 à 15 années de vie confortables à chaque fumeur. De nouvelles mesures s'imposent.

Lutte anti-tabac : vers de nouvelles mesures ?
© Subscription - Fotolia.com

"Le temps d'un nouvel élan pour l'action politique et de santé publique est venu", tel est le ton donné par le Pr Yves Martinet, Président d'honneur de l'Alliance contre le tabac, dans le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'InVS. Alors que la consommation de tabac avait diminué en France à partir des années 1970, elle rehausse depuis 2005 pour atteindre près de 35 % des adultes (contre 21 % en Angleterre, 15 % aux Etats-Unis et en Australie ou encore 13 % au Canada). Une augmentation qui s'opère notamment chez les femmes et les classes socio-économiques défavorisées. Face à ce constat, l'intensification de la lutte semble gagner du terrain. L'Organisation Mondiale de la Santé préconise la vente de paquets de cigarettes neutres ou standardisés (pas de logo, pas de marque, etc.) comme mesure efficace et peu onéreuse. Un tel conditionnement améliorerait, selon l'OMS, l'efficacité des avertissements sanitaires textuels et visuels mais réduirait également la désinformation des consommateurs sur la dangerosité des cigarettes (les cigarettes "light" ne sont par exemple pas moins nocives pour la santé). En somme, cela influencerait les intentions de changement de comportement : un dispositif très redouté par les industriels du tabac. L'Australie est, pour le moment, le seul pays à avoir adopté cet emballage unique.
Autre mesure proposée : une prise en charge intégrale des produits de sevrage par l'Assurance maladie, qui a déjà proposé un remboursement partiel de ces médicaments, à hauteur de 50 euros par bénéficiaire et par an. L'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP) indique que "comparée aux autres mesures des préventions des maladies cardiovasculaires remboursées par l'Assurance Maladie, la prise en charge à 100 % apparait comme le dispositif le plus coût-efficace".
En France, alors que l'interdiction de fumer dans les lieux publics est respectée, des progrès restent encore à faire concernant l'interdiction de vente de tabac aux moins de 18 ans, les statistiques n'ayant pas évolué à la baisse. Cette importante consommation chez les mineurs est notamment due à la faible application de la loi chez les buralistes.
La Convention-Cadre pour la lutte anti-tabac (CCLAT) de l'OMS, premier traité international dans le domaine de la santé destiné à freiner le tabagisme, a été adoptée en 2003 et compte désormais 76 pays couvrant 88% de la population mondiale. La Journée mondiale sans tabac se tient ce vendredi 31 mai. Plus d'informations sur le site de l'OMS.

Source :
Bulletin hebdomadaire épidémiologique de l'InVS, 28 mai 2013.

Lire aussi :