La cigarette électronique, cancérogène ?

Selon le numéro de septembre de 60 Millions de consommateurs, la vapeur des cigarettes électroniques contiendrait des composés potentiellement cancérogènes.

La cigarette électronique, cancérogène ?
© Diego Cervo - Fotolia.com

[Mise à jour 28/08, 16h16] Pas de fumée sans feu ? Encore inconnue il y a quelques mois, la cigarette électronique, n'en finit pas de faire parler d'elle. Alors que les vapoteurs sont de plus en plus nombreux, le magazine 60 Millions de consommateurs révèle la présence de composés toxiques dans certaines cigarettes électroniques : formaldéhyde, acétaldéhyde, acroléine ou encore traces de métaux lourds ont été retrouvés sur une dizaine de produits analysés et parfois même en quantité plus importante que dans certaines cigarettes conventionnelles. L'étude montre également qu'il ne faut pas se fier aux compositions indiquées sur l'étiquette, le taux de nicotine affiché étant parfois bien loin de celui réellement mesuré. Alors que les fabricants et distributeurs d'e-cigarettes arguent leur non toxicité, au contraire de la cigarette classique, 60 Millions de consommateurs souhaite donc interpeller les utilisateurs ainsi que les autorités de santé, en rappelant que "l'absence de tabac ne signifie pas que ces produits ne présentent pas, de manière intrinsèque, des risques pour la santé".
Un rapport d'experts de l'Office français de tabacologie (OFT) remis en mai dernier au ministère de la Santé avait pourtant été plus mesuré quant à la toxicité des cigarettes électroniques : "elles contiennent et libèrent des produits potentiellement irritants et/ou classés comme toxiques, mais leurs effets sont bien moins nocifs que ceux liés à la fumée du tabac", pouvait-on y lire. De plus, selon ce rapport, la e-cigarette ne libèrerait ni monoxyde de carbone, ni particules solides, ni cancérogènes en quantité significative. Bien que les experts se positionnaient clairement contre la promotion des cigarettes électroniques auprès des non-fumeurs et des jeunes, jugeant qu'elles pouvaient les inciter à fumer, ils étaient donc plus modérés avec les fumeurs dépendants chez qui, le remplacement du tabac par l'e-cigarette devait en théorie contribuer à la réduction des risques et des dommages. "Quand on sait qu'un fumeur sur deux meurt d'une maladie directement liée à son tabagisme, il est évident que même si la cigarette électronique est un peu irritante pour les bronches, elle ne sera jamais aussi nocive que le tabac", nous précisait le Pr Dautzenberg, président de l'OFT. Il mettait par ailleurs en évidence le manque de recul sur ces produits, qui ne bénéficient pas des mêmes évaluations scientifiques que les substituts nicotiniques classiques comme les patchs ou les gommes.

EN VIDEO : la cigarette électronique, comment ça marche ?

Lire aussi