L'interdiction de fumer dans les lieux publics jugée efficace

Plus de 5 ans après l'interdiction de fumer dans les lieux publics en France, l'InVS publie les résultats d'une enquête visant à évaluer l'impact de cette restriction sur la consommation de tabac.

L'interdiction de fumer dans les lieux publics jugée efficace
© Subscription - Fotolia.com

5 ans déjà ! C'est à l'occasion de la Journée mondiale anti-tabac, ce 31 mai, que le Projet International Tobacco Control in France (ITC France) créé en 2006 a été rendu public. Une vaste étude réalisée auprès de 1 500 fumeurs et 500 non-fumeurs, de 18 ans et plus, visant à jauger l'interdiction de fumer en France ainsi que les autres politiques de lutte contre le tabac mises en œuvre (avertissements sanitaires, prix, interdiction de la publicité et de la promotion du tabac, stratégies d'aide à l'arrêt, etc). Pour rappel, l'interdiction de fumer dans les lieux publics en France s'est faite en deux temps. En février 2007, pour les lieux de travail, écoles, gares, aéroports, centres commerciaux et hôpitaux. Puis elle a été étendue un an plus tard, en février 2008, aux lieux de convivialité tels que les restaurants, bars, discothèques, hôtels et casinos. Bilan global de l'enquête : une diminution significative du tabagisme au sein de ces sites publics. Pour exemple, le tabagisme observé dans les bars par les sondés est passé de 95,9 % (avant la loi) à 6,3 % (fin 2012). Concernant le sentiment général vis-à-vis de cette interdiction, 61,5 % des fumeurs déclaraient, avant la loi, que cette restriction était une "bonne chose" voire une "très bonne chose". Un chiffre qui s'élevait à 85,6 % parmi les non-fumeurs.
Une zone d'ombre reste toutefois à éclaircir : l'impact de cette interdiction sur le tabagisme au domicile parfois évoqué à l'encontre de la législation anti-tabac. L'enquête révèle pourtant que, désormais, 61 % des non-fumeurs déclarent ne pas tolérer le tabagisme à leur domicile contre 41,1 % avant la loi. Parmi les fumeurs, les données sont restées stables, même si ce pourcentage s'est avéré en légère augmentation fin 2012. Les résultats de cette étude démontrent, selon l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), le succès de l'interdiction de fumer dans les lieux publics depuis son instauration en France.

Source : Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire de l'Institut de Veille Sanitaire (InVS), 28 mai 2013.

Lire aussi
: