Idées reçues sur la schizophrénie Une autonomie difficile à acquérir

Il est difficile d'imaginer une personne souffrant de schizophrénie mener une vie comme tout un chacun. Les symptômes de la maladie, quels qu'ils soient (délire, hallucinations verbales, affaiblissement de la volonté, manque d'énergie, activité désordonnée, langage personnel, comportement décalé...) sont un frein réel à un quotidien classique.

Trouver un travail, avoir une vie sociale et amoureuse, autant de choses qui restent difficilement accessible avec le handicap qui complique la maladie. Trouver un logement est très difficile pour les malades et ils restent le plus souvent à la charge de leur famille. La plupart d'entre eux retournent chez leur famille après une première hospitalisation. Les plus défavorisés se retrouvent hélas à la rue, faute de mieux.

La charge qui incombe aux proches est très lourde et c'est pourquoi il peut leur être très utile de se tourner vers les associations. La plus importante d'entre elle, l'Union nationale des amis et familles de malades mentaux (UNAFAM) ainsi que la fédération nationale des associations de patients et ex-patients en psychiatrie (FNAP-PSY) peuvent être d'un secours considérable pour les proches.

Par ailleurs, la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances des personnes handicapées a institué les Maisons départementales des personnes handicapées. Elles regroupent les organismes d'aide à la personne handicapée dont les anciennes Commissions techniques d'orientation et de reclassement professionnel (COTOREP) qui ont pour objectif l'attribution des prestations financières (dont l'allocation aux adultes handicapés) et l'aide à trouver un logement, un emploi...

"Après traitement et selon la forme de la maladie, il est possible pour certains patients de mener une vie normale : se marier, avoir des enfants, un travail, un logement, rassure le professeur. Pour d'autres, l'acquisition d'une certaine autonomie (prendre son traitement, avoir un travail, s'occuper de soi) est un objectif raisonnable. Enfin, d'autres auront toujours besoin d'assistance. De nombreux éléments sont à prendre en compte mais la prise en charge aide toujours les patients, d'une manière ou d'une autre."

Sommaire