Idées reçues sur la schizophrénie Ils vivent dans leur délire

Les frontières entre la réalité et l'imaginaire peuvent être effectivement assez floues pour les personnes atteintes de schizophrénie. La sensation de ne plus pouvoir contrôler leur corps, les hallucinations verbales dont elles sont victimes, la perte d'identité qu'elles peuvent ressentir tout cela contribue à les enfermer dans leur monde. Et pour les malades, leur monde est bien réel, c'est celui des autres qui ne l'est pas.

"Le délire de persécution est une stratégie développée par les malades pour tenter de rationnaliser la sensation que leurs pensées leur sont dérobées, d'expliquer les voix qu'ils entendent..." explique le professeur. Le délire se construit petit à petit, au fur et à mesure que les symptômes de la maladie évoluent. En particulier, les hallucinations verbales sont très mal vécues par les personnes qui en sont victimes. Ajoutée à cela l'impression que les autres lisent et dérobent leur pensées... En somme, les malades vivent leur vie en spectateurs.

Les délires schizophréniques peuvent être de plusieurs ordres, hallucinatoires, de persécution (le sujet se croit en butte à l'hostilité d'une ou plusieurs personnes cherchant à lui nuire), mégalomaniaques (il se croit doté de capacités extraordinaires), mystiques.

Inutile de tenter de dissuader le malade, de le persuader que tout n'est que le fruit de son imagination car c'est sa réalité à lui. Une réalité subjective, certes, mais sa propre réalité.

Sommaire