Faut-il faire confiance à l'hypnothérapie ? Attention : on en guérit pas tout ni tout le monde

Mauvaise nouvelle : l'hypnothérapie n'est pas une magie. Elle ne guérit donc pas tout, loin de là, ni tout le monde. "On estime qu'environ 80 % des patients sont réceptifs à ce type de thérapie, rapporte le psychologue suisse Yves-Alexandre Thalmann. Bizarrement, cela fonctionne généralement mieux sur ceux qui résistent beaucoup ! Ils sont plus facilement "manipulables"."

 En outre, vous ne devez jamais perdre de vue que ce type de pratique soulage certes, mais ne soigne pas. Vous n'allez donc pas "guérir" mais plutôt vous sentir "apaisé".

 Le succès de la thérapie dépend en grande partie de vous, de votre réceptivité et de votre volonté à vous sortir du problème qui vous préoccupe.

 Les effets de l'hypnose peuvent s'estomper. C'est souvent le cas, par exemple, pour l'arrêt du tabagisme. "Les patients sont généralement obligés de revenir au bout de quelques mois", commente Yves-Alexandre Thalmann.

 Quoiqu'il en soit, l'hypnose doit être considérée comme un outil complémentaire, une corde de plus à votre arc pour aller mieux. Il faut toujours consulter en premier un médecin ou un psy pour déterminer l'origine de votre mal et mettre en œuvre une thérapie s'il y a lieu.

Difficile, aujourd'hui encore, de prouver scientifiquement les bénéfices de l'hypnothérapie. Mais elle est de plus en plus utilisée par le personnel médical. Certains hôpitaux proposent des consultations d'hypnothérapie, notamment dans le cadre du traitement de la douleur.

Sommaire