Détecter et comprendre l'anorexie Anorexie : vers une réalimentation progressive et contrôlée

Même lorsque la volonté de manger pour regrossir est là, la partie est encore loin d'être gagnée. Depuis des mois, voire des années, le corps a fonctionné autrement.

Le système digestif n'est plus habitué à recevoir de la nourriture et à la digérer. L'estomac s'est généralement considérablement rétréci et la jeune fille a la sensation de ne plus rien pouvoir avaler après quelques bouchées.

vers une réalimentation.
Vers une réalimentation. © Rob Byron - Fotolia.com

Il va donc falloir mettre en place un programme adapté. "C'est compliqué, explique le Dr Senninger. Le but est de reprendre du poids. Mais rien que pour son fonctionnement propre, le corps dépense chaque jour 1700 à 2000 kcal. Pour grossir, il faut donc ingérer environ 3000 kcal."

C'est physiquement impossible à réaliser en trois repas pour une personne anorexique. L'astuce va donc consister à aider la personne à se réalimenter en prenant des collations plusieurs fois par jour. Quant à la nourriture, mieux vaut privilégier le concentré, c'est-à-dire des aliments riches en énergie et peu "encombrants" pour l'estomac : noix, noix de cajou, abricots secs... figurent parmi les favoris des nutritionnistes. "Bien sûr, nous prenons soin de privilégier les bonnes graisses. L'idée n'est pas que la personne se retrouve avec du mauvais cholestérol en excès ! "

Accepter son nouveau corps

Parallèlement, le médecin doit veiller à combler les nombreuses carences en vitamines et nutriments des jeunes filles, ce qu'il fait souvent sous la forme de compléments alimentaires. Il est particulièrement important de lui fournir un supplément en potassium. En effet, la réalimentation peut provoquer une brusque chute du taux de potassium, qui pourrait elle-même entraîner un arrêt cardiaque. Bien souvent, il va également prescrire une supplémentation en calcium, vitamine D et magnésium, pour renforcer les os. Même si la jeune fille parvient à regrossir sans trop de problèmes physiques, c'est souvent très dur pour elle à accepter, psychologiquement. Son corps d'anorexique, même quand elle le trouve laid, elle l'a forgé, il correspond à son identité. Accepter de le voir regrossir peut être extrêmement difficile, même lorsqu'on est motivée. Il n'est d'ailleurs pas rare qu'il y ait des rechutes, plus ou moins importantes. Il ne faut donc pas brusquer la reprise de poids mais au contraire fixer des objectifs raisonnables et être à l'écoute de la personne malade.

Tout ce processus peut prendre plusieurs années. Pendant longtemps, certains aliments peuvent faire peur ou rester tabous. Ainsi, Jessica Nelson explique : "Cela fait assez peu de temps que je re-mange des pâtes. J'en ai longtemps été incapable. Aujourd'hui, mon alimentation est quasiment normale, mais je pense que je n'aurai jamais le même rapport que la plupart des gens à la nourriture. Par exemple, aujourd'hui, sauter un repas est totalement inconcevable. Mon corps me le reproche aussitôt, sans doute parce qu'il a l'impression de revivre ces années terribles." Beaucoup de jeunes femmes gardent un comportement alimentaire un peu fragile, certains aliments ont pu devenir tabous.

Sommaire