Ces questions psy qu'on n'ose pas poser Comment savoir si on a besoin d'un psy ?

Depuis quelque temps, vous avez l'impression de ne pas aller très bien. Vous vous posez pas mal de questions sur vos choix, professionnels ou personnels. Vous avez l'impression de ne pas avancer ou d'être triste, tout simplement. Bref : toutes sortes de questions et de sensations désagréables se bousculent dans votre esprit et vous ne savez pas bien quoi faire pour évacuer tout ça. Vous vous demandez si vous ne devriez pas faire appel à un professionnel pour vous aider à régler vos problèmes. Auriez-vous, vous qui n'avez jamais eu de souci particulier, besoin d'un psy ?

"Si vous vous posez la question, a priori, la réponse est oui", s'exclame le psychiatre Michel Botbol. En effet, le simple fait d'avoir l'impression que vous devriez peut-être demander de l'aide est révélateur d'un mal-être, pas nécessairement grave mais suffisant pour avoir besoin d'un soutien. Même chose lorsqu'il s'agit d'envoyer un proche, un enfant par exemple, chez le psy. "Je le dis généralement aux parents : si vous êtes suffisamment inquiet pour avoir pensé à consulter, c'est que c'est assez sérieux pour consulter." Suivez donc votre instinct.

Pas fous les psys

Ceci dit, vous hésitez, vous vous méfiez un peu de ces gens qui vous posent les questions les plus indiscrètes pour soi-disant vous aider. Ne sont-ils pas un peu voyeurs, un peu malsains, de s'intéresser de si près à notre histoire ? "Non, sourit le Dr Botbol. Il y a certainement quelques originaux dans notre profession comme partout, mais la psychiatrie est une discipline sérieuse, qui ne vous rendra pas fou, n'ayez crainte !"

De même, le médecin souligne qu'une thérapie psy ne s'étend pas nécessairement sur des années ni même des mois. Bien souvent, quelques séances suffisent pour y voir plus clair. "Seuls environ 30 % des patients ont un traitement prolongé. D'ailleurs, le traitement médicamenteux est très loin d'être systématique lui aussi."

Sommaire