Ce qu'il faut savoir pour éviter le burn-out Des symptômes variés et potentiellement graves

On ne " tombe " pas en burn-out comme on attraperait un rhume ou une grippe. Au contraire, les symptômes apparaissent progressivement, au fil des semaines, ce qui les rend d'autant plus difficiles à détecter, a fortiori pour la personne concernée.

Pourtant, certains signes devraient alerter rapidement.

 Fatiguée nerveusement, la personne devient irritable, avec son entourage professionnel mais aussi avec ses proches. Elle répond sèchement, s'énerve pour peu de choses, s'impatiente si on n'obtempère pas dans la minute à ce qu'elle nous a demandé.

 Des problèmes de sommeil peuvent se manifester. Bien que fatiguée, la personne souffre d'insomnies ou, tout simplement, dort mal et a la sensation que son sommeil n'est pas réparateur.

 La victime de burn-out peut manifester un désir de changer de travail, bien qu'elle adore sa profession. C'est précisément ce que décrit le journaliste Thomas Knapp.  "Je lisais occasionnellement les offres d'emploi ? Je dois avoir senti qu'un changement serait salutaire, pour moi et pour ma famille. J'ai donc répondu à deux ou trois annonces. Parmi celles-ci, il n'y avait pas de poste de journaliste. Je n'avais aucune raison d'échanger mon travail contre un travail dans une autre rédaction."

 L'isolement constitue un autre symptôme : on a de moins en moins envie de discuter avec les collègues, on est moins disponible pour les autres. Par les force des choses, on ne voit presque plus ses proches mais, bizarrement, cela ne manque pas vraiment.

 Les symptômes de stress classiques font également partie du tableau. Maux de ventre, problèmes de digestion, maux de tête, raideur de la nuque, yeux sensibles, difficulté à supporter le bruit... Ces signes ne sont pas anodins et devraient alerter.

L'une des constantes de cette pathologie, c'est que la victime refuse d'écouter ces signaux d'alerte. Or si elle n'y prête pas attention, la situation finit par prendre de l'ampleur et, un jour, c'est l'explosion. Elle peut se manifester à la fois sur les plans physique et psychique. Angoisse intense, effondrement émotionnel, sentiment d'être agressé, blocage du dos, problème cardiaque... Telles sont quelques-unes des conséquences que décrit Catherine Vasey.

Au stade ultime, ces symptômes peuvent se transformer en véritable crise, qui peut conduire à se comporter de manière inappropriée au bureau ou, pire, à la tentative de suicide. "Ce risque n'est pas à négliger", estime Catherine Vasey.  

Sommaire