Dépression : des symptômes à la prise en charge Déprime ou dépression ?

Aujourd'hui le mot dépression est largement utilisé dans le langage courant. Pourtant, entre les petites déprimes et la vraie dépression, il existe une marge. Quelle est la définition de la dépression et quand faut-il consulter ?

Tout le monde a fait l'expérience d'une "dépression", sans qu'elle soit forcément pathologique. Une peine de cœur, un licenciement, un échec à un examen... Tous ces événements de la vie quotidienne retentissent plus ou moins sur notre moral. Tout d'un coup, suite à cet événement déprimant, on se sent triste, désespéré et découragé. Cependant, si la cause de ce mal être est bien identifiée, généralement cela ne dure pas. C'est une réaction normale et il n'y a pas lieu de s'inquiéter outre mesure. 

La dépression, une vrai maladie

La dépression pathologique se distingue de la simple déprime par les points suivants :

la personne déprimée n'a plus envie de sortir, n'est motivée pour rien, et cela
La personne déprimée n'a plus envie de sortir, n'est motivée pour rien, et cela tous les jours, du matin au soir, pendant des semaines. © Auremar - Fotolia.com

- Pas toujours de raison apparente : la dépression peut faire suite à un événement particulier, on parle alors de dépression réactionnelle. Mais pas toujours. Elle peut très bien survenir du jour au lendemain. Par exemple, une personne déprimée a des crises de larmes qui se répètent, mais lorsqu'on lui demande ce qu'elle a, elle est incapable d'expliquer pourquoi.

- Un mal être psychique permanent : la dépression implique une transformation complète des états physiques et psychiques : le déprimé n'a pas envie de sortir de chez lui, il n'est motivé pour rien, son humeur n'est plus la même, et cela tous les jours, du matin au soir, pendant des semaines. Le réconfort et les tentatives de raisonnement de l'entourage ne sont généralement d'aucune aide.

- Un débordement sur la vie socio affective : lorsqu'une personne est déprimée à la suite d'une perte d'emploi par exemple, c'est une réaction "normale" qui lui permet de passer à autre chose. Et généralement sa tristesse ne dure pas. En revanche, si au bout de six mois, elle ne s'en est toujours pas remise, et qu'elle n'arrive plus à faire quoi que ce soit, qu'elle ne sort plus de chez elle, qu'elle arrête de voir ses amis, etc. alors cela devient problématique. La dépression peut nous toucher à un moment ou un autre, mais lorsqu'elle déborde, il faut la traiter.

- Une durée variable : les troubles dépressifs guérissent généralement après quelques mois. Toutefois, dans environ 20 % des cas la dépression se poursuit au-delà de deux ans (dépression chronique) et dans 50 % des cas les patients conservent quelques symptômes dépressifs.

Et la déprime saisonnière, qu'est-ce que c'est ?

Appelée familièrement "blues de l'hiver", elle se manifeste généralement à l'arrivée de l'hiver, lorsque les jours baissent. A cause du raccourcissement de la durée d'ensoleillement, notre horloge interne et notre rythme biologiques sont perturbés. Si on en parle beaucoup, elle ne concerne pourtant que 3 à 5 % des français environ. En réalité, ce sont les populations qui vivent dans les pays proches du cercle polaire qui sont les plus sensibles. Normal, il y fait nuit, la plupart du temps. Par exemple, la dépression saisonnière touche 9 % de personnes en Alaska et 12 % en Finlande. Comment la reconnaître ? Hypersomnie, fatigue et augmentation de l'appétit sont les principaux signes. Et surtout, elle ne dure pas. Ses signes disparaissent à l'arrivée du printemps et du soleil !
Lire aussi : Contre la déprime saisonnière, la luminothérapie

 

Sommaire